25 pays de l’UE adoptent un Pacte de discipline budgétaire

Dans le cadre du sommet des dirigeants européens de deux jours à Bruxelles, Herman Van Rompuy a été reconduit jeudi soir à l’unanimité en tant que président du Conseil européen pour un second mandat de 2 ans et demi. Sa fonction a été élargie officiellement à la présidence des sommets de la zone euro. Ce vendredi matin, les 17 pays de la zone euro et 8 autres membres de l’Union ont signé un nouveau traité imposant davantage de discipline budgétaire en Europe.

Vingt-cinq des 27 pays de l’Union européenne - à l’exception du Royaume-Uni et de la République tchèque - ont signé ce vendredi matin à Bruxelles le nouveau Pacte de discipline budgétaire, afin de tirer des leçons de la crise de la dette qui a déstabilisé la zone euro.

« C’est une étape importante pour renforcer la confiance dans notre Union économique et monétaire. Je suis ravi que 25 pays aient signé le Pacte. Ceux d’entre eux qui ne sont pas dans la zone euro ont déclaré espérer y entrer un jour », a réagi à l’issue de la cérémonie de signature le président du Conseil européen, le Belge Herman Van Rompuy, fraîchement reconduit pour 2,5 ans dans sa fonction.

Celui dont la fonction a également été élargie à la présidence des sommets de la zone euro a souligné que le nouveau traité de discipline budgétaire obligera chaque pays signataire à inscrire dans ses lois, et de préférence dans sa Constitution, une « règle d’or » d’équilibre des comptes, dont le non-respect l’exposera presque automatiquement à des sanctions. La limite tolérée pour des déficits publics annuels reste à 3% du produit intérieur brut (PIB). Tout dérapage doit être temporaire.

Le nouveau Pacte budgétaire ne pourra cependant être appliqué qu’à partir du moment où 12 des 25 Etats signataires l’auront ratifié. L’Irlande a annoncé l’organisation d’un référendum sur le sujet. Le Premier ministre belge, Elio Di Rupo (PS), a déclaré que pour son pays la discipline budgétaire n’était pas une fin en soi mais devait aller de pair avec « plus de création d’emplois, plus de croissance et de solidarité ».

Deuxième mandat européen pour Van Rompuy

L’ancien Premier ministre belge Herman Van Rompuy a annoncé jeudi soir, au terme de la première journée du sommet de 2 jours des chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne à Bruxelles, qu’il a été reconduit à l’unanimité à la tête du Conseil européen, pour un nouveau mandat de deux ans et demi, qui prendra fin en novembre 2014. La nouvelle n’a pas causé la surprise puisque le Belge était seul candidat à sa propre succession.

Herman Van Rompuy, âgé de 64 ans, a en outre vu son mandat élargi à la présidence des sommets dorénavant réguliers des dirigeants des 17 pays de la zone euro.

« C’est avec plaisir que j’accepte un second mandat » a déclaré Van Rompuy sur son compte Twitter ce jeudi soir. « Je remercie aussi les dirigeants européens pour leur demande de présider les sommets de la zone euro, que j’accepte avec plaisir », ajoutant que « c’est un privilège de servir l’Europe dans des temps aussi décisifs, aussi une grande responsabilité ».

Herman Van Rompuy projette d’organiser au moins deux sommets des pays de la zone euro par an. Dans un premier temps, il espère que la crise de l’euro pourra se calmer d’ici quelques semaines.