Gel de l’indexation des prix de l’énergie

Le Conseil des ministres a approuvé jeudi un avant-projet de loi visant à geler l’indexation à la hausse des prix variables du gaz et de l’électricité pour une période de neuf mois, qui entrera en vigueur le 1er avril. Le gouvernement Di Rupo entend ainsi protéger consommateurs et PME face à la volatilité des prix de l’énergie, suite au constat d’une hausse plus rapide des prix de l’énergie en Belgique par rapport aux pays voisins.

En approuvant un avant-projet de loi pour le gel temporaire de l’indexation des prix de l’énergie, le gouvernement Di Rupo souhaite protéger plus efficacement les citoyens et les petites et moyennes entreprises face à la volatilité des prix de l’électricité et du gaz. Une volonté qui découle du constat de la Commission de régulation de l’électricité et du gaz (CREG) que les prix de l’énergie sont supérieurs en Belgique à la moyenne des prix appliqués dans les pays voisins. Ceci nuit à la compétitivité des PME, ainsi qu’au pouvoir d’achat des citoyens.

A court terme, le gouvernement fédéral empêchera donc la hausse des prix dans les contrats variables dès le 1er avril et jusqu’au 31 décembre 2012. Cela doit lui donner le temps de mettre en place des mesures plus structurelles pour réduire toutes les composantes du prix du gaz et de l’électricité.

Une disposition permet néanmoins au gouvernement de suspendre le gel de l’indexation si des évolutions imprévues survenaient sur les marchés internationaux des matières premières ou en cas d’effet pervers sur le marché.

Selon le ministère à l’Economie, les prix de l’énergie en Belgique ont augmenté de 17% l’an dernier, contre en moyenne de 10% dans les pays voisins. Une différence de taille. Les produits alimentaires, les services et le biens industriels sont également devenus plus chers en Belgique que dans les pays voisins.