L’hôpital universitaire de Jette en pleine expansion

L’hôpital qui dépend de l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles attend le feu vert du Fonds flamand de l’infrastructure pour des subsides en vue d’importants travaux d’agrandissement d’ici 2020. Le service des urgences est lui actuellement en transformation. Un nouveau bâtiment, mieux adapté au flux actuel des patients, devrait ouvrir ses portes cet été.

Chaque année, le nombre de patients accueillis par l’hôpital universitaire de Jette - qui dépend de l’Université Libre néerlandophone de Bruxelles (VUB) - augmente de 5%. Pour pouvoir répondre à la demande grandissante, l’UZ Brussel veut s’élargir de façon significative d’ici 2020. Les plans d’élargissement doivent cependant encore obtenir l’aval du Fonds flamand de l’infrastructure aux matières personnalisables (VIPA), afin de pouvoir bénéficier des subsides nécessaires pour couvrir 60% du coût des travaux. Ces derniers pourraient alors débuter en 2014-2015.

Le projet prévoit d’agrandir l’hôpital de 55.000 mètres carrés au cours des huit années à venir, afin de doubler la taille du bloc technique médical et de construire aussi un hôpital de jour de chirurgie. Une deuxième phase des travaux comprendrait la construction d’un centre de services ambulatoires et administratifs, ainsi qu’un lieu de consultation. La direction de l’hôpital de Jette veut profiter des travaux d’agrandissement pour réorganiser ses différents services de façon plus logique.

A l’heure actuelle, les travaux de transformation du service des urgences sont déjà en cours. Ce service est vieux de 35 ans et doit être mieux adapté au flux accru de patients. « Il y a 35 ans, ce service avait été conçu pour 20.000 patients, alors que nous accueillons actuellement 70.000 patients par an », explique Edgar Eeckman de l’UZ Brussel.

Résoudre un problème de mobilité

L’afflux de patients supplémentaires entraîne des problèmes grandissants de mobilité pour l’hôpital universitaire de Jette. Sa direction réclame de longue date un plan de mobilité qui tienne compte de ses besoins spécifiques.

La future ligne de tram 9, qui doit relier l’UZ Brussel à la station de métro Simonis (photo), permettra déjà de résoudre une partie des problèmes de mobilité. Mais elle ne sera pas suffisante.

L’hôpital universitaire demande aussi à pouvoir bénéficier d’un arrêt sur le futur RER (Réseau express régional), d’un bus-navette entre ses bâtiments et la gare de Jette, et d’un meilleur raccordement au périphérique autour de Bruxelles.