Thalys augmente le prix des tickets bon marché

Il s’agit uniquement du prix des voyages entre Bruxelles et Paris qui augmente dès ce 12 mars. La société va également regrouper dans des wagons séparés les passagers en fonction du prix de leur ticket. L’organisation TrainTramBus qualifie d’asociale l’augmentation des prix des billets meilleur marché.

La société Thalys introduit ce lundi 12 mars une nouvelle tarification, qui ne concerne pas l’ensemble de sa gamme de billets. Le prix du ticket le moins cher pour le voyage aller-retour Bruxelles-Paris passe ainsi de 25 à 29 euros.

La société souligne cependant que les tarifs les moins chers n’avaient plus été augmentés ni même indexés depuis 2008. Elle précise aussi que les modifications s’accompagnent d’une amélioration de l’offre et des services. « Seuls les tarifs dans la catégorie Confort 1 ne changent pas », indique Violaine Tennstedt de Thalys.

L’organisation de voyageurs TrainTramBus proteste violemment contre cette augmentation de tarifs. « C’est nettement plus que l’inflation. Il est aussi frappant de voir que les prix des tickets les plus chers et ceux de première classe ne changent pas. Les voyageurs qui peuvent investir davantage sont donc épargnés. C’est une mesure asociale », s’exclame Jan Vanseveren, porte-parole de l’organisation.

« Nous conseillons donc aux voyageurs de ne pas prendre le Thalys à Bruxelles et de voyager via Lille. On peut déjà acheter un aller-retour avec le TGV français depuis Lille pour 30 euros. Depuis la Flandre orientale et la Flandre occidentale c’est aussi une formule qui est souvent plus rapide ».

"Regrouper la classe Affaires"

Répondant à la critique du député européen Marc Tarabella, qui s’est dit choqué que Thalys veuille regrouper les passagers en fonction du prix de leur ticket, la société a expliqué qu’elle souhaitait regrouper les voyageurs selon leurs centres d’intérêt.

Selon Thalys, il est apparu après enquête que la majorité des clients qui achètent des billets « semi-flex », qui permettent un échange à certaines conditions, en catégorie 2 étaient issus de la classe Affaires. L’entreprise souhaite donc les regrouper, estimant qu’ils ont un profil particulier puisqu’ils consultent davantage internet, téléphonent régulièrement ou travaillent dans le train. « Nous avons souhaité regrouper les personnes selon leurs centres d’intérêt. Mais tous les clients d’une même catégorie resteront dans la même voiture », précise Thalys.