"Chiites et sunnites vivent dans le respect"

Les habitants du quartier de la mosquée Rida à Anderlecht qui a été l’objet d’une attaque au cocktail Molotov ont été fortement choqués par les évènements. De son côté, l’Exécutif des musulmans de Belgique a indiqué que cet attentat ne reflétait pas la réalité du terrain. L’incident, qui a coûté la vie au cheikh de ce lieu de culte chiite, a été relayé par de nombreux médias étrangers.

Les voisins de la mosquée Rida, dans le quartier anderlechtois de Cureghem, se disent choqués par l'attaque perpétrée contre le centre culturel et islamique chiite imam Rida. "C'est un scandale, un crime", estime une habitante qui préfère rester anonyme.

Les riverains du quartier condamnent fermement l'acte qui a entraîné la mort de l'imam de la mosquée Rida. "Cela n'a rien à voir avec ce qui se passe en Syrie. Chacun est responsable de ses actes", déclare pour sa part une voisine qui préfère elle aussi ne pas divulguer son identité.

Dans ce quartier multiculturel, où cohabitent une église, une mosquée sunnite et une synagogue, les faits sont qualifiés d'"incompréhensibles" par les habitants.

Par ailleurs, un témoin affirme avoir vu 3 personnes entrer dans la mosquée lundi soir. L'une d'elle portait une hache et un bidon d'essence. Interrogé par l'agence Belga, ce témoin affirme encore avoir entendu les 3 personnes crier: "ceci n'est pas l'islam". Deux des individus se seraient échappés quand les premières fumées sont apparues. Des bagarres auraient ensuite éclaté dans le quartier peu après l'incident, selon d'autres témoins.

"Nous avons un peu peur", confie une habitante. "C'est un acte isolé mais d'autres fous pourraient se venger", conclut, inquiet, un autre voisin.

"Un acte qui ne reflète pas la réalité du terrain"

L'Exécutif des musulmans de Belgique (EMB) présente ses condoléances à la famille de la victime et condamne l'acte qu'il espère isolé. Pour la vice-présidente de l’EMB, Isabelle Praile, la communauté musulmane est en état de choc et l'incident ne reflète pas la réalité du terrain où malgré des divergences d'opinions, les chiites et les sunnites vivent dans le respect de l'autre.

La mosquée Rida est le plus important centre chiite de Belgique. Notre pays en recense une douzaine sur un total de quelque 300 mosquées. La vice-présidente de l'EMB décrit la mosquée comme un lieu de culte où cohabitent aussi bien des Libanais, que des Marocains ou des Irakiens. Selon elle, "l'imam était quelqu'un de sage et réservé" prônant le dialogue. La mosquée avait fait l'objet de menaces en 2007 et la sécurité y avait été renforcée.

La vice-présidente de l'EMB dénonce par ailleurs les discours d'incitation à la haine et elle regrette l'importation de conflits internationaux en Belgique.

Isabelle Praile lance un appel aux responsables de l'Exécutif et aux politiques pour "rassurer les esprits" et mettre en place des mesures de sécurité car elle estime que "le sentiment d'insécurité des chiites a été ravivé" à la suite de l'incident de lundi soir. Elle dit craindre que l'attaque contre la mosquée constitue un élément déclencheur d'autres incidents.

Les médias européens et américains relayent l’attaque

L’attaque d’hier soir a été relayée par plusieurs médias et sites étrangers. Les articles et reportages ont principalement rapporté les faits et les premières réactions des autorités locales.

"Attaque sur une mosquée à Anderlecht - un mort, l'imam", titrait notamment le site du quotidien néerlandais Nrc.nl. Les sites internet de la BBC et de la NOS relayaient également l'information.

Les sites américains ABC News et CBS News ont, quant à eux, relayé l'information à partir d'une dépêche de l'agence AP. Le médias français, Le Figaro et le Nouvel Observateur, reprenaient également une dépêche de l'AFP sur leurs sites internet. Les chaînes françaises d'information en continu France 24 et LCI ont également consacré des sujets à l'attaque.