La vitesse du car ne serait pas en cause

Alors que l’enquête sur les causes possibles de l’accident du car belge à Sierre est encore en cours, il semblerait qu’il ne roulait pas trop vite juste avant le choc. C’est ce qui a été révélé à la conférence de presse de la police suisse (photo principale). Les enfants qui étaient à bord de l’autocar auraient tous aussi porté la ceinture de sécurité.

A la conférence de presse donnée ce mercredi après-midi à Sion, dans le Valais, par la police suisse, le Premier ministre Elio Di Rupo a tenu à remercier l’ensemble des services suisses qui ont travaillé avec générosité à dégager les victimes de l’accident. « Nous sommes venus ici pour remercier ces services, mais aussi pour tenter de comprendre, car pour l’instant c’est la consternation », précisait le Premier ministre belge.

« Nous essayerons de soulager les familles touchées par tous les moyens en notre possession. La collaboration entre la Belgique et la Suisse est véritablement remarquable », ajoutait Elio Di Rupo.

Alors que l’enquête sur les causes possibles de l’accident suit son cours, il semblerait déjà que l’autocar ne roulait pas à une vitesse excessive au moment de l’impact. Les enquêteurs suisses ont avancé trois causes possibles : une erreur humaine, une défaillance technique du véhicule, ou un malaise du chauffeur.

Selon la police, les enfants portaient « en principe » tous la ceinture de sécurité. Mais le choc a été tellement violent que tous les sièges ont été projetés vers l’avant du car. Les enquêteurs analysent notamment les images des caméras de surveillance qui se trouvaient dans le tunnel.

Ce tunnel a été construit en 1999 et est qualifié de très sûr. Il possède de nombreuses sorties de secours et des renfoncements réguliers sur le côté droit pour les véhicules qui seraient en détresse. C’est à hauteur de l’un de ces renfoncements que le car s’est écrasé contre la paroi du tunnel.

21 victimes belges et 7 néerlandaises

L’identification des victimes s’est révélée particulièrement difficile en raison de la violence du choc et de l’importance des blessures. Parmi les 24 enfants blessés, 22 avaient pu être identifiés ce mercredi soir. Trois des enfants étaient encore en situation critique, et notamment dans le coma.

Parmi les 28 personnes qui ont succombé dans l’accident, 21 sont de nationalité belge et 7 de nationalité néerlandaise.

Des registres de condoléances ont été ouverts à Louvain, Heverlee et Lommel dès ce mercredi, ainsi que dans d’autres communes du pays. Une veillée devait avoir lieu ce mercredi soir à la cathédrale Saint-Pierre de Louvain, en hommage aux victimes de l’accident de Sierre.