Trois enfants toujours dans un état grave

Le gouvernement fédéral va étudier dès jeudi les modalités de rapatriement des blessés, a indiqué mercredi soir la ministre de la Santé Laurette Onkelinx. Certains enfants blessés pourront quitter l’hôpital dès jeudi. Six enfants ont déjà pu quitter l’hôpital de Wallis, mercredi soir. Selon le site 20min.ch, ils n’étaient que légèrement blessés.

Trois enfants se trouvent toujours dans un état grave, deux jours après le dramatique accident d'autocar qui a coûté la vie à 28 personnes dans la localité suisse de Sierre.

L'enfant grièvement blessé qui était hospitalié à l'hôpital de l'ile à Berne est hors de danger, écrit le site internet 20min.ch en citant la porte-parole de l'hôpital, Monika Kugeman.

Concernant les trois enfants hospitalisés au Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) à Lausanne, "leur pronostic vital reste réservé", a indiqué un membre de l'établissement à l'agence ATS.

Ils sont aux soins intensifs et leurs familles sont à leur chevet. Par ailleurs, les six enfants qui étaient hospitalisés à Viège avec des blessures mineures ont pu sortir, toujours selon le site 20min.ch.

Les quatorze enfants hospitalisés à Sion souffrent de fractures diverses mais se trouvent dans un état stable.

Bilan très lourd

Sept blessés proviennent de l'école primaire de Lommel (Limbourg) et 17 de celle d'Heverlee (Brabant flamand).

L'école 't Stekske, à Lommel, compte sept blessés, et 17 personnes décédées (deux adultes et 15 enfants). L'école Sint- Lambertus d'Heverlee dénombre 17 blessés, et neuf morts (deux adultes et sept enfants). A ce bilan s'ajoutent les deux conducteurs du car, décédés également.

Conseil des ministres

Un conseil des ministres extraordinaire a par ailleurs été convoqué jeudi pour examiner les modalités de rapatriement des blessés.
Deux avions de transport C-130 «Hercules» de l'armée belge ont été mis à disposition du gouvernement pour le rapatriement des dépouilles des victimes de cet accident d'autocar. Ce rapatriement se déroulera au plus tôt vendredi si toutes les formalités peuvent se faire à temps.
 

Par ailleurs, les premières familles de victimes, qui ont passé la nuit dans un hôtel à trois kilomètres de Sion, se sont rendues jeudi matin au funérarium de la ville.

L'enquête de police continue et une autopsie sur le chauffeur de bus sera pratiquée pour déterminer s'il a été ou non victime d'un problème de santé au moment de l'accident.