Les 28 dépouilles sont arrivées en Belgique

Deux avions C-130 de l'armée belge rapatriant les dépouilles des victimes du terrible accident d'autocar en Suisse, qui a fait 28 morts dont 22 enfants, ont atterri ce matin vers 10h30 à l'aéroport militaire de Melsbroek. Les avions avaient décollé de l'aéroport suisse de Sion vers 09h00.

Après une cérémonie d'hommages à l'abri des regards sur le tarmac militaire de l'aéroport, les gardes d'honneur de la police valaisanne se sont placés en rang serré alors que les moteurs des C-130 transportant les corps commençaient à tourner.

Puis, peu avant 09H00, un premier avion a décollé depuis le petit aéroport. Un second appareil s'est envolé peu après, tandis que le troisième avion est resté sur place.

La cérémonie s'est déroulée dans l'intimité, sur le tarmac de l'aéroport, à l'abri des regards, a indiqué un porte-parole de la police cantonale valaisanne, Vincent Favre. Peu après, quatre hélicoptères ont décollé, sous les regards d'une cinquantaine de journalistes situés sur un parking adjacent à l'aéroport.

A Melsbroek, une courte et discrète cérémonie d'hommage s'est tenue après l'atterrissage, sans représentant officiel ni famille.

Les dépouilles ont ensuite été chargées deux par deux dans des corbillards. Ceux-ci se ont pris la route, sous escorte policière, vers Lommel, Heverlee et Aarschot.

Les communes, en concertation avec les familles des victimes, organiseront les funérailles des victimes dans les prochains jours.

Retour graduel des blessés

Pour leur part, huit enfants hospitalisés en Valais ont été rapatriés en Belgique dans la nuit de jeudi à vendredi.

Quatorze enfants blessés (cinq de Lommel et neuf d'Heverlee) seront par ailleurs rapatriés ce vendredi dans six vols médicaux. "A leur arrivée, ils seront conduits en ambulance vers des hôpitaux, où ils continueront à recevoir des soins médicaux", précise le Centre de crise des Affaires intérieures.

 

Quatre enfants dans un état plus sérieux sont toujours hospitalisés en Suisse. Trois se trouvent à l'hôpital universitaire de Lausanne tandis que le quatrième est à l'hôpital universitaire de Berne.