"Le scénario le plus noir qu’on puisse imaginer"

« Jamais encore, au cours de notre carrière, nous n’avons dû opérer tant d’enfants en si peu de temps ». C’est ce qu’a raconté au quotidien suisse Le Nouvelliste un médecin urgentiste de l’hôpital de Sion (photo principale), qui a accueilli une grande partie des 24 enfants blessés dans l’accident de car de mardi soir. « Deux heures après l’accident, onze enfants avaient déjà été opérés ».

C’est à l’hôpital de Sion que la plupart des jeunes blessés dans l’accident du car belge dans le tunnel à Sierre (canton suisse du Valais) ont été emmenés d’urgence. L’hôpital avait été prévenu de l’accident dramatique et avait appelé 12 médecins urgentistes en renfort. Ces derniers ont cependant eu beaucoup à faire avec 22 enfants blessés, dans la nuit de mardi à mercredi.

« A 21h15, nous avons été informés qu’un accident de car s’était produit », raconte le chef du service d’urgence, Daniel Fishman. « A 22h, nous avons appris que tous les blessés étaient des enfants. C’est le scénario le plus lourd que l’on puisse imaginer ».

« Deux heures plus tard, onze victimes avaient déjà été opérées. Elles avaient toutes le même type de blessures, à savoir des fractures aux os longs. Il y avait beaucoup de monde au bloc opératoire. Finalement, 18 heures après l’accident, tout le monde avait été opéré. Nous étions alors libres pour opérer les autres occupants du car, mais nous avons appris qu’ils étaient décédés. Nous aurions pourtant travaillé sans problème 8 heures de plus si nous avions pu les maintenir en vie ».

« Ce qui m’a étonné, c’est la rapidité avec laquelle nous avons travaillé. L’atmosphère était calme et sereine. Mais nous avons dû mettre nos émotions de côté pour travailler », précisait le docteur Fishman.

Ce vendredi, les parents des enfants blessés et décédés ont envoyé une lettre de remerciements aux secouristes. Ces derniers les ont en effet assistés pendant tout leur séjour en Suisse.