Une mère admet le meurtre de son bébé

Le corps du bébé de 3 mois, qui avait disparu à Sint-Amands (province anversoise), a été retrouvé vendredi par des ouvriers dans des ordures ménagères. La mère et la grand-mère de la petite fille ont été interpellées, soupçonnées de meurtre. La mère aurait avoué avoir mis fin à la vie de son enfant, parce qu’elle ne parvenait plus à gérer une situation familiale difficile. L'autopsie pratiquée sur le bébé semble confirmer la version de la mère.

La mère, âgée de 29 ans, avait signalé vendredi matin la disparition de son enfant, un bébé de trois mois. Elle avait affirmé que la fillette dormait dans son berceau au rez-de-chaussée, alors qu’elle s’était rendue à l’étage de leur habitation. Lorsqu’elle était descendue, le nourrisson avait disparu et la porte était ouverte, avait encore affirmé la jeune mère.

Cette disparition avait immédiatement été considérée comme alarmante, et des recherches étaient entreprises. Finalement, des ouvriers avaient découvert le corps sans vie de l’enfant, le soir-même, dans un camion poubelles qui avait récolté des ordures ménagères ce jour-là.

La mère et la grand-mère de l’enfant étaient interpellées vendredi soir. Pendant l’audition, la maman admettait finalement avoir étouffé son enfant. Selon le parquet de Malines, la jeune femme se trouve actuellement en instance de divorce avec le père de la fillette et elle aurait déclaré ne plus pouvoir gérer la situation.

La grand-mère, âgée de 62 ans, aurait été présente au moment du meurtre. Ce samedi, il n’était pas encore clair quel rôle elle pourrait éventuellement avoir joué dans l’assassinat. Elle pourrait avoir jeté dans les poubelles le sac contenant le corps du bébé.

Les deux femmes ont été arrêtées, soupçonnées de meurtre. Elles comparaîtront mardi devant la Chambre du conseil.

Une autopsie du corps du bébé a été pratiquée ce samedi. Les premiers résultats semblent confirmer la version des faits présentée par la mère de l'enfant.