L’asile n’aura plus de manager de crise

Le mandat du manager de crise pour l’accueil des demandeurs d’asile Peter De Roo ne sera pas prolongé. La décision a été prise par la secrétaire d’Etat à l’Asile et aux Migrations, Maggie De Block (Open VLD). Début février, Peter De Roo avait ouvertement critiqué la politique menée par la secrétaire d’Etat.

Peter De Roo avait été nommé début 2010 par l’ancien gouvernement Leterme au poste de manager de crise. L’Agence fédérale Fedasil faisait alors déjà face à d’importantes difficultés quant au logement des demandeurs d’asile en Belgique.

Le haut fonctionnaire était chargé de créer des places d’accueil supplémentaires et de jouer un rôle de conciliateur entre les communes et les CPAS d’un côté, et Fedasil de l’autre. Il était notamment parvenu, en collaboration avec des partenaires d’accueil, à trouver des milliers de places en plus.

Son mandat a depuis été prolongé à plusieurs reprises. La secrétaire d’Etat à l’Asile, Maggie De Block (photo) a à présent décidé de supprimer cette fonction dès le 31 mars prochain.

D’après le cabinet de la secrétaire d’Etat libérale flamande, cette décision est basée sur une évaluation et une recommandation de Fedasil. Elle concernerait par ailleurs la fonction même et non la personne qui la tient. Selon Maggie De block, ce poste serait devenu superflu étant donné que la plupart des tâches sont désormais accomplies par son cabinet.

"En ces temps d'austérité, il ne serait pas responsable de maintenir en poste quelqu'un doté d'un tel niveau de rémunération et affecté à un nombre particulièrement réduit de tâches", a précisé la porte-parole de Maggie De Block.

De Roo avait critiqué De Block

Début février, un conflit ouvert entre la secrétaire d’Etat à l’Asile et Peter De Roo avait fait couler de l'encre. Alors qu’une nouvelle vague de froid frappait le pays, Fedasil connaissait une fois de plus de grandes difficultés à trouver un toit à des centaines de demandeurs d’asile.

Peter De Roo avait alors écrit une lettre ouverte à Maggie De Block, pressant cette dernière de s'activer dans la recherche de solutions face à cette pénurie de places d’accueil. Le manager de crise y avait par ailleurs émis de fortes critiques, indiquant notamment que la première décision de gestion de la secrétaire d’Etat causait beaucoup de tracas à son service.

Maggie De block avait qualifié cette lettre ouverte de déloyale. La démarche de Peter De Roo avait toutefois eu un effet concret puisqu’en une nuit, environ 1.000 places d’accueil avaient été trouvées.