Le fisc propose un diplôme en fiscalité

Le service public fédéral (SPF) Finances lance cette année sa propre formation de bachelier en fiscalité destinée aux demandeurs d’emplois et à ses collaborateurs. Ces derniers doivent toutefois être contractuels, et avoir au maximum un diplôme de l’enseignement secondaire. La formation, qui dure au total trois ans, est qualifiée d’absurde par les syndicats.

Comme l’indique ce lundi le quotidien De Standaard, un premier groupe de 40 candidats entamera la formation cette année. Le diplôme, obtenu après trois ans de cours, sera reconnu par l’enseignement flamand et francophone.

Durant la formation, les étudiants en fiscalité seront payés selon le barème des employés possédant un diplôme du secondaire. S’ils terminent le programme avec succès, il pourront alors passer un examen interne qui leur permettra éventuellement de passer à un emploi de niveau supérieur.

L'initiative a été lancée pour répondre à la difficulté de trouver du personnel qualifié, mais aussi pour donner l'opportunité aux personnes intéressées d’obtenir un bon poste. "L’objectif est d’offrir au niveau interne une chance aux collaborateurs d’être promus ", explique Lucien De Vetter de l’asbl Cocom, chargée d’élaborer la formation. Cette asbl a déjà lancé des formations au sein de plusieurs entreprises, telles que McDOnalds, Carrefour ou encore Bpost.

"Parallèlement, nous désirons motiver les étudiants qui ont raté leur première ou deuxième année de bachelier de reprendre leur formation et d’obtenir leur diplôme tout en continuant à travailler", souligne-t-il encore.

Le programme précis n'a pas encore été établi mais 60% des cours seront consacrés à du travail sur le terrain et 40% à la formation théorique. La formation sera dispensée par des fonctionnaires du fisc et par des enseignants d’écoles supérieures.

"Une idée absurde"

Les syndicats ont montré peu d’enthousiasme face à cette idée de formation interne. Selon eux, il existe suffisamment de personnes ayant un diplôme en la matière. Ils craignent par ailleurs qu’une fois diplômés, les candidats iront chercher du travail ailleurs, ou recevront des offres d’emploi en provenance de bureaux de comptabilité.

"C’est une mesure totalement inutile", déclare Marc Nijs du syndicat chrétien. "Il existe sur le marché de l’emploi suffisamment de personnes diplômées que les Finances peuvent éventuellement recruter. Nos écoles sont très bonnes en la matière".

"C’est par ailleurs une situation absurde. Nous engagerions et paierions ces personnes durant leur formation. A la fin de celle-ci, ils obtiendront leur diplôme, et il n’existe aucun moyen légal d’obliger ces gens à rester au service des Finances. Il y a de fortes chances que l’on forme des gens sans qu’on ne puisse au bout du compte en tirer un quelconque avantage", souligne encore Marc Nijs.