Le réseau de la STIB à l'arrêt suite à une agression mortelle

La direction de la STIB a décidé, samedi, de suspendre le trafic sur son réseau de bus, de tram et de métro jusqu'au dernier service de samedi soir, à la suite de l'agression d'un de ses collaborateurs. Entre 100 et 150 travailleurs de la STIB ont manifesté dans le calme, samedi en début d'après-midi, place Poelaert, à proximité du palais de justice de Bruxelles.

Le contrôleur de la Stib agressé samedi matin à Bruxelles se trouvait en état de mort cérébrale et est décédé dans le courant de la matinée.

Le procureur du roi de Bruxelles Bruno Bulthé a annoncé que l'auteur présumé de l'agression avait été interpellé samedi après-midi.

A la suite de cet incident, la direction de la STIB a suspendu le trafic des trams, bus et métros qui sont tous rentrés aux dépôts, a indiqué Françoise Ledune, porte-parole de la Stib.

Aucune précision n'a été fournie quant à l'heure de reprise de la circulation des véhicules.

Le superviseur décédé d'origine albanaise avait 56 ans et travaillait depuis 29 ans à la STIB.

Il laisse derrière lui deux enfants qui sont également membres du personnel de la STIB.

Les faits ont eu lieu vers 6h50 quand un bus de la ligne 14 qui roulait en direction de l'AZ-VUB, a été impliqué dans une collision avec une voiture place des Armateurs.

La STIB a envoyé un superviseur sur les lieux de l'accident afin de prendre des photos pour les constations d'usage. Entre-temps, le conducteur du véhicule accidenté a téléphoné à une tierce personne. A son arrivée sur les lieux de l'accident, le superviseur a été sauvagement frappé par cette tierce personne qui a ensuite pris la fuite.

L'auteur présumé de l'agression interpellé

L'auteur présumé de l'agression a été interpellé, samedi vers 14h30, dans l'agglomération bruxelloise, a annoncé dans l'après-midi le procureur du Roi de Bruxelles, Bruno Bulthé, qui a dit son raz-le-bol de ce genre d'actes.

"A notre connaissance et sur la base des éléments recueillis sur place, il n'y a qu'une personne qui a donné des coups" ayant entraîné la mort de l'agent de la société bruxelloise de transports, a précisé M. Bulthé au cours d'un point presse sur les lieux du drame.

Il démentait ainsi de précédentes informations faisant état de deux personnes ayant passé à tabac le contrôleur de la STIB.
"Toutes les personnes concernées sont actuellement auditionnées", a ajouté M. Bulthé.
Le procureur a ajouté qu'il s'était rendu sur place car il ne "tolère plus cette violence gratuite" qui fait qu'une altercation pour un accident de la circulation se termine par une mort d'homme.

Manifestation Place Poelaert

Entre 100 et 150 travailleurs de la STIB ont manifesté dans le calme, samedi en début d'après-midi, place Poelaert, à proximité du palais de justice de Bruxelles.

Les travailleurs de la STIB ont bloqué l'accès à la place Poelaert à l'aide d'une dizaine de trams et de bus. Les véhicules de la STIB affichent un SOS sur leur panneau électronique à la suite de l'agression mortelle d'un superviseur samedi matin, place des Armateurs, à Bruxelles. Les travailleurs se sont ensuite rendus vers le siège de la STIB.

Certains membres du personnel ont brandi une photo avec le visage du superviseur agressé. Un faible dispositif policier était présent afin de mettre en place les déviations d'usage pour fluidifier la circulation automobile.