L'agresseur placé sous mandat d'arrêt

Le présumé meurtrier du superviseur de la STIB, qui a été placé sous mandat d'arrêt pour coups et blessures ayant entraîné la mort sans intention de la donner, s'est rendu de son propre chef à la police samedi après-midi, a indiqué, dimanche, le parquet de Bruxelles.

Le suspect n'aurait porté qu'un seul coup de poing à main nue au visage du superviseur, selon des témoignages et les propres aveux de l'homme.

Le suspect a par ailleurs indiqué avoir passé une soirée arrosée avant les faits. Le parquet attend actuellement les résultats de ses analyses toxicologiques. Le procureur du roi Bruno Bulthé avait affirmé, plus tôt dans la journée, qu'il était sous l'influence de l'alcool.

Agé de 28 ans, l'homme est seulement connu de la justice pour des faits de roulage, et non pas pour des faits de stupéfiants comme l'ont affirmé plusieurs médias.

Le parquet n'a pas souhaité communiquer l'identité et la nationalité du suspect, ni même son lieu de résidence, précisant que ces éléments ne présentaient pas d'intérêt pour l'enquête.

Le parquet a par ailleurs indiqué que l'homme n'était pas passager du véhicule qui est entré en collision avec le bus de la ligne 14 de la STIB, comme le suggérait une version des faits relayée par certains médias.

Il a bien été appelé en renfort par le conducteur du véhicule accidenté.

Les circonstances précises de l'accident impliquant le bus de la STIB sont encore à l'analyse et une information judiciaire a été ouverte pour le dossier de roulage.