Marche silencieuse des collègues de la STIB

Plusieurs centaines de membres du personnel de la société bruxelloise de transports en commun, ainsi que du personnel d’autres sociétés régionales de transports publics, ont participé ce lundi matin à une marche silencieuse organisée dans la capitale par les syndicats de la STIB en hommage au superviseur victime samedi d’une agression fatale. Un registre de condoléances a également été ouvert, alors qu’une réunion de concertation était prévue ce lundi après-midi avec la ministre de l’Intérieur Milquet.

Pour la troisième journée consécutive, aucun bus, tram ni métro de la société régionale bruxelloise de transports en commun STIB ne circule ce lundi à Bruxelles. Les syndicats et la direction se sont mis d’accord pour ne reprendre le travail qu’après la réunion de concertation qui devait avoir lieu ce lundi à 16h00 avec la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (CDH), le ministre-président bruxellois Charles Picqué et des représentants des ministres fédérale de la Justice Anemie Turtelboom et bruxelloise du Transport Brigitte Grouwels.

Les syndicats réclament en effet des garanties pour la sécurité du personnel. La reprise ou non du travail devait dépendre du résultat de la réunion de ce lundi.

Dès 10h00 ce lundi matin, environ 900 membres du personnel de la STIB ont participé à la marche silencieuse organisée dans la capitale à la mémoire d'Iliaz Tahiraj, le superviseur de la STIB victime d’une agression violente, qui a entraîné son décès, à la suite d’un accident entre un bus de la compagnie et une voiture privée. Un homme appelé en renfort par le conducteur du véhicule est responsable de l’agression. Il affirme pour sa part n’avoir porté qu’un seul coup au visage du superviseur.

La marche est partie de la Place Rogier et s’est achevée sur la Place des Armateurs, où s’est déroulée l’agression samedi matin. Certains participants à l’action de solidarité avaient apporté des fleurs ou des ballons blancs. Deux fils du superviseur décédé étaient présents à la marche. Des membres de la société régionale flamande de transports en commun De Lijn se sont également joints au cortège.

Plusieurs actions de solidarité

Alors que la STIB a ouvert un registre de condoléances en hommage au superviseur décédé, les conducteurs des sociétés régionales de transports publics De Lijn et TEC ont observé à 10h00 deux minutes de silence à la mémoire du collègue de la STIB décédé. Les trams et bus se sont ainsi arrêtés pendant 2 minutes au premier arrêt possible vers 10h.

Plusieurs chauffeurs de la société De Lijn ont également été victimes par le passé d’agressions verbales ou physiques. La Société nationale des chemins de fer belges a également exprimé sa solidarité en diffusant un message dans les trains et les gares à 10h00 ce lundi, appelant les passagers à observer 2 minutes de silence.

Entretemps, le syndicat socialiste de la SNCB appelle toutes les organisations syndicales des transports en commun à interrompre le service pendant la célébration des funérailles du superviseur décédé. Ces funérailles devraient avoir lieu jeudi.