Le Vlaams Belang lance un site de signalement de l’illégalité

Le parti flamand d’extrême-droite a lancé ce mardi un « Meldpunt voor illegaliteit », un site pour signaler les illégalités. Le Vlaams Belang affirme vouloir rassembler « autant de faits que possible » liés à la présence de personnes sans papiers en Belgique. Le Centre pour l’égalité des chances et la Lutte contre le racisme juge l’initiative illégale et proche des pratiques nazies.

Filip Dewinter, figure de proue anversoise du parti d’extrême-droite flamand, justifie le lancement du site internet « Meldpunt voor illegaliteit » par la présence de « dizaines de milliers d’illégaux » dans les grandes villes du pays et les problèmes que cette présence provoque. Le but du site serait donc de rassembler « autant de matériel que possible sur des faits liés à la présence d’illégaux », comme les abus de la sécurité sociale, le travail au noir, les marchands de sommeil ou la criminalité.

Selon Dewinter (photo), il ne s’agirait pas d’un site de dénonciation, « car chacun qui possède des informations au sujet du séjour illégal de personnes sans papiers est tenu d’en informer la police ». Les faits mentionnés sur le site seront d’ailleurs communiqués à la police.

Le parti d’extrême-droite flamand s’inspire du point de signalement ouvert il y a quelques semaines par le politicien d’extrême-droite néerlandais Geert Wilders et son parti le PVV, destiné à rassembler des plaintes visant des personnes originaires d’Europe de l’est et d’Europe centrale. Cette initiative néerlandaise avait suscité de vives protestations aux Pays-Bas, mais aussi au sein de l’Union européenne.

Elle avait d’ailleurs été condamnée par le Parlement européen et la Commission européenne. Contactée ce mardi au sujet de l’ouverture du site semblable en Belgique, la Commission - qui venait d’apprendre l’information - s’est montrée discrète. Tout en soulignant que « ces sites ne correspondent pas aux valeurs que nous défendons », un porte-parole a rappelé que la Commission européenne ne détenait pas la compétence pour lutter contre ce genre d’initiatives. Elle invite donc les citoyens qui jugent l’initiative du Vlaams Belang discriminatoire de se tourner vers les tribunaux nationaux.

"Comme les nazis"

Le Centre pour l’égalité des chances et la Lutte contre le racisme condamne sévèrement l’initiative du Vlaams Belang. Son directeur Jozef De Witte (photo) juge le site internet illégal et compare la mesure aux pratiques nazies.

« Cela me fait penser au régime nazi des années 1930 ou à la Stasi en Allemagne de l’Est. Surtout parce que le parti d’extrême-droite annonce qu’il recherche lui-même activement les illégaux ». Et De Witte d’ajouter sur les ondes radio de la VRT que « Monsieur Dewinter sait parfaitement que le point de signalement est illégal. Il veut choquer et provoquer ».

De son côté, la Commission de protection de la vie privée étudie les actions juridiques qu’elle pourrait entreprendre à l’encontre du point de signalement du Vlaams Belang visant les personnes en séjour illégal en Belgique. « Si des données à caractère judiciaire sont récoltées de cette façon, il y a alors atteinte à la législation sur la protection de la vie privée. Actuellement, le but poursuivi n’est pas du tout clair », a précisé une porte-parole de cette Commission.