Les gardiens de prisons tirent la sonnette d’alarme

Selon le syndicat chrétien, sur les 1.000 nouveaux gardiens de prisons prévus pour cette année seuls quatre ont été jusqu’ici engagés et ont entamé leur formation. La CSC envoie une mise en garde à la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom (Open VLD). Selon le plan de cette dernière, 45 nouveaux gardiens auraient en effet déjà dû être en service actuellement.

Le syndicat chrétien affirme ne pas encore vouloir lancer un appel à l’action de grève, mais a envoyé un avertissement clair à la ministre de la Justice, Annemie Turtelboom. « Nous sentons qu’il faut faire des économies dans tous les services, mais cela ne peut pas continuer de la sorte. D’ici 6 mois, nous allons nous retrouver dans une situation catastrophique. Il faudra alors constater qu’il n’y a pas suffisamment de personnel statutaire formé et que les engagements de contractuels n’ont pas encore été réalisés », explique le délégué Luc Neyrinck. « Si les autorités continuent au même rythme, dans quelques années elles seront encore en train de recruter du nouveau personnel ».

La ministre de la Justice avait annoncé vouloir embaucher 1.000 agents pénitenciers supplémentaires cette année. Cette campagne de recrutement s’inscrit dans la perspective de la construction de quatre nouvelles prisons au cours des prochaines années en Belgique. Mais selon la CSC, seuls quatre nouvelles recrues sont en formation à Bruges depuis début avril. « Celles-ci doivent encore recevoir une formation de 6 mois », précise Luc Neyrinck.

Le syndicat chrétien indique que les autorités organisent des épreuves de sélection dans tous les établissements pénitentiaires qui manquent de gardiens, mais que l’inspecteur des Finances n’a pas encore fait signer un seul contrat. Selon la CSC, il n’y aurait pas de plan pour le personnel pour 2012.

Entretemps, les gardiens de la prison d’Andenne (province de Namur, photo) poursuivent leur action de grève. Cette dernière fait suite à la tentative d’évasion qui a eu lieu le week-end dernier dans l’établissement, pendant laquelle une brève prise d’otage d’un gardien a eu lieu.