Perturbations sur la ligne Gand-Anvers jusqu’à mercredi ?

Les travaux de réfection lancés sur la ligne jeudi soir après le déraillement d’un train de marchandises à hauteur de Melsele dureront plus longtemps que prévu. Cinq des 8 wagons endommagés avaient déjà été enlevés des rails ce samedi matin. Infrabel, le gestionnaire du réseau ferroviaire, espère maintenant que la circulation des trains entre Anvers et Gand pourra reprendre mardi sur une voie et mercredi aussi sur la deuxième voie.

La ligne de chemin de fer entre la gare de Gand-Saint-Pierre et celle d’Anvers-Central devrait connaître des perturbations non pas seulement jusqu’à lundi mais vraisemblablement jusqu’à mercredi. Les travaux de réfection lancés jeudi soir après le déraillement d’un train de marchandises sur la ligne, au hauteur de Melsele en Flandre orientale, dureront en effet plus longtemps que prévu. C’est ce qu’a annoncé ce vendredi soir le gestionnaire du réseau ferroviaire belge. Infrabel espère maintenant que le trafic sur le tronçon entre Zwijndrecht et Saint-Nicolas pourra reprendre mardi sur une voie et mercredi aussi sur la deuxième.

Les dégâts occasionnés par le déraillement sont très importants. Les deux rails ont été endommagés sur une distance de 100 mètres. Le caténaire est également endommagé, sur une distance de 500 mètres. Des poteaux doivent être remplacés et des dégâts aux aiguillages doivent être réparés.

Une navette de bus a été mise en place entre Zwijndrecht et Saint-Nicolas, et sera en service jusqu’à la fin des travaux. « Depuis jeudi soir, nous travaillons jour et nuit pour pouvoir rétablir la situation le plus rapidement possible », indiquait ce samedi Frédéric Petit, porte-parole d’Infrabel.

La société précise également qu’il n’y a aucune fuite de gaz dans les conduites le long de la ligne de chemin de fer endommagée par le déraillement du train de marchandises. Des marchandises qui n’étaient d’ailleurs pas dangereuses et étaient transportées dans des conteneurs. Ce samedi matin, cinq des huit wagons de conteneurs avaient déjà été enlevés du lieu de l’accident, avec l’aide de quatre grues. Ce n’est qu’une fois que tous les wagons accidentés auront été enlevés que les travaux de réfection pourront débuter.