Des portefeuilles confiés à la police volatilisés

Celui qui trouve un portefeuille et décide de le rapporter à la police n’est pas certain qu’il reviendra bien à son propriétaire. Un reportage avec caméra cachée réalisé pour l’émission "Volt" (VRT) et diffusé mercredi soir a montré que seuls 7 portefeuilles rapportés à la police sur dix revenaient à leurs propriétaires, trois portefeuilles avaient disparus sans laisser de traces.

L’émission "Volt" sur la première chaîne de la VRT télévision mercredi soir montrait dix personnes honnêtes qui rapportaient un portefeuille dans dix bureaux de police différents. Ces portefeuilles contenaient non seulement les papiers d’identité du propriétaire mais aussi une somme de 150 euros.

Si 7 portefeuilles sur 10 ont bien été rendus à leur propriétaire respectif, avec tout le contenu, dans deux cas le propriétaire n'a jamais été contacté et les portefeuilles ont disparu. Dans un autre cas, le propriétaire a été contacté pour qu’il se rende à la police mais le portefeuille avait disparu au moment où il venait le rechercher.

La policière qui avait contacté le propriétaire a admis que le portefeuille avait probablement été volé dans le commissariat même. Un policier du commissariat d’Ekkergem (Gand) très gêné par ce vol a décidé de dresser un procès-verbal qui a été envoyé à la Direction du Contrôle Interne de la police.

Ce service a versé  les 150 euros au propriétaire mais le portefeuille est resté introuvable.

"un tel vol est tout à fait exceptionnel"

"La policière d’Ekkergem qui avait réceptionné le portefeuille a eu un bon réflexe et a bien réagi en téléphonant au propriétaire" a déclaré Manuel Gonzalez, porte-parole de la police de Gand.

"Il était prévu que le portefeuille soit ramassé le lendemain et l’agente l’avait déposé à un endroit bien visible pour pouvoir être facilement retrouvé ce qui n’était en fin de compte pas une bonne idée".
Manuel Gonzalez ajoute que dans la procédure classique les objets perdus sont stockés dans un coffre-fort. "Elle a voulu bien faire, mais il y a des choses qui ne doivent pas se produire".
Selon Gonzalez un tel vol dans un bureau de police est exceptionnel.

"Au cours de ces quatre dernières années cela ne s’est jamais produit. Je sais que dans le passé c’est arrivé mais heureusement de tels faits se produisent rarement".

La VRT ne portera pas plainte

La rédaction de l'émission Volt  a décidé de ne pas suivre les conseils de la Commission Permanente de la Police Locale (CPPL), l'organe consultatif des services de police, a déclaré jeudi le rédacteur en chef de l'émission, Carl Voet.

La CPPL avait appelé la rédaction à porter plainte auprès des chefs de corps des zones où des portefeuilles amenés par les journalistes de l'émission avaient disparu.

Le représentant flamand de la Commission permanente, Marc Hellinckx, a appelé jeudi la rédaction de l'émission Volt à porter plainte auprès des commissariats concernés.

"A partir de ce moment-là, leur système de contrôle interne pourra être actif. Ils pourront ainsi chercher qui est personnellement responsable, une enquête judiciaire pourra être ouverte, d'éventuelles règles organisationnelles concernant les procédures internes pourront être revues, et finalement un dédommagement pourra être mis en place."

Le rédacteur en chef de l'émission, Carl Voet, a déclaré que l'équipe de l'émission ne porterait pas plainte. Son but était de conscientiser les citoyens aux risques de laisser quelque chose dans un commissariat. "On ne veut pas faire une chasse aux sorcières contre certains commissariats", a-t-il déclaré.