Les Français de Belgique élisent leur président

Les Français vivant en Belgique et s’étant inscrits sur la liste électorale consulaire 2012 avant le 31 décembre 2011 vont pouvoir participer ce dimanche au premier tour des élections présidentielles françaises. Ils se dénombrent cette année à près de 67.000, soit plus de 18.000 inscrits de plus que lors du premier tour de 2007. Notons que ces électeurs ne représentent qu’une partie des 200.000 ressortissants français qui résident dans notre pays.

En tout, quelque 37 agents ont trié 720.000 bulletins de vote répartis dans des colis destinés à chacun des 54 bureaux de votes ouverts en Belgique. Ces derniers sont répartis dans 12 villes du pays : Bruxelles, Gand, Anvers, Liège, Mons, Charleroi, Tournai, Mouscron, Comines, Courtrai, Arlon, et Lasne.

Environ la moitié des électeurs est toutefois attendue au Heysel, à Bruxelles, où les autorités françaises ont loué le Palais 2 du parc des expositions. Pas moins de 26 bureaux, pouvant chacun accueillir 1.200 personnes, y sont mis à la disposition des électeurs, qui pourront exprimer leur vote jusqu’à 18 heures ce dimanche. En France, les bureaux resteront ouverts jusqu’à 20 heures.

"C’est une organisation massive, parce qu’il faut chaque fois un président de bureau de vote, un secrétaire, deux assesseurs, un contrôleur. Tous sont des volontaires qu’il faut former", explique le consul général de France à Bruxelles, Sylvain Berger, dans une interview accordée à la Libre Belgique.

"Pour cela on a loué le palais du Heysel. Ça nous coûte cher, même si on a bien négocié le prix. On a demandé à un déménageur d’installer tous ces locaux, et tout ça fait un budget important. En comptant les 27 bureaux de vote dans les 11 autres villes, il faut bien voir que c’est une organisation logistique énorme. Pour nous, à l’échelle du consulat, c’est un petit débarquement de Normandie qu’on doit monter", ajoute encore Sylvain Berger.

L’organisation de ces élections présidentielles françaises ne s’est toutefois pas totalement déroulée sans accroc. De nombreux inscrits ont en effet tardé à recevoir leur carte d'électeur. Ce retard a provoqué inquiétude, mécontentement, et une saturation des lignes téléphoniques du consulat français.

Tendances et abstention

En France, le vote n’est pas obligatoire. De nombreux inscrits peuvent ainsi s’abstenir d’aller aux urnes. En 2007, le taux d’abstention avait été très important, atteignant les 52%.

Depuis 2002, les Français de Belgique sont légèrement plus nombreux à voter pour la droite. Au 1er tour de 2002, Jacques Chirac avait ainsi obtenu 22,58% des votes en Belgique. Lionel Jospin avait remporté 21,53% des voix alors que Jean-Marie Le Pen, qui avait à l’époque réussi à passer au second tour, n’avait obtenu que 6,69% des voix.

En 2007, et toujours au premier tour, la tendance restait la même : Nicolas Sarkozy avait emporté 35,80% des voix exprimées en Belgique, contre 27,77% pour Ségolène Royale. Notons que François Bayrou avait lors obtenu 25,46%.

Reste donc à savoir si ces tendances se maintiendront dans notre pays. Alors que l’abstentionnisme pèse toujours sur ces élections, les sondages reflètent majoritairement un second tour Sarkozy – Hollande.