Collaboration policière accrue à la frontière néerlandaise

La ministre de l’Intérieur Joëlle Milquet (CDH) va envoyer des agents de police supplémentaires dans la région frontalière avec les Pays-Bas pour lutter contre le trafic et le tourisme de drogue. Elle souhaite ainsi éviter que les nouveaux critères d’accès aux coffee shops néerlandais, qui entreront en vigueur au 1er mai prochain, ne déplacent les ventes illégales de drogues vers la Belgique.

Dès le 1er mai 2012, les critères d’accès aux coffee shops néerlandais seront renforcés dans les provinces néerlandaises frontalières avec la Belgique, à savoir la Zélande, le Brabant Septentrional et le Limbourg. Les boutiques néerlandaises où l’on peut acheter et consommer du cannabis ne seront ainsi plus accessibles qu’aux personnes qui résident aux Pays-Bas. Et ces mesures seront étendues dès 2013 à l’ensemble du territoire néerlandais.

La ministre belge de l’Intérieur Joëlle Milquet (photo) a déjà eu plusieurs réunions avec les autorités néerlandaises, les bourgmestres et les chefs de police des communes frontalières, mais aussi avec la police fédérale, pour renforcer les dispositifs policiers et la collaboration entre les deux pays dans le but de prévenir d’éventuels effets secondaires en Belgique résultant de l’entrée en vigueur prochaine de la nouvelle règlementation relative aux coffee shops.

La police effectuera ainsi davantage de contrôles à la frontière ainsi que dans les trains qui circulent entre les Pays-Bas et la Belgique.

Les autorités néerlandaises lanceront ces prochains jours une campagne d’information sur la nouvelle règlementation. La ministre de l’Intérieur craint que celle-ci déplace les ventes illégales de stupéfiants vers la Belgique, voire augmente la production interne de drogues en Belgique.