ST Ericsson ferme ses portes à Zaventem

Le groupe franco-italien-suédois actif dans le secteur de la microélectronique avait annoncé lundi une importante restructuration internationale, qui touche aussi la Belgique. Les 85 personnes actives sur le site de Zaventem (Brabant flamand), qui fabrique des puces à mémoire pour ordinateurs, perdront ainsi leur emploi.

L’entreprise ST Ericsson fabrique des puces à mémoire pour ordinateurs et est détenue depuis 2009 pour moitié par le fabricant franco-italien de semi-conducteurs STMicroelctronics et pour l’autre moitié par l’équipementier télécoms suédois Ericsson. Les pertes de cette entreprise, qui emploie actuellement 6.000 salariés dans le monde, plombent depuis des années les comptes des deux groupes.

L’entreprise a donc annoncé ce lundi une importante restructuration internationale, qui touchera 1.700 des 6.000 employés dans le monde. La société va transférer ses activités de recherche et de développement à l’une des maisons-mères, à savoir STMicroelectronics. « Les impacts spécifiques pour chaque pays ou chaque site dépendront des négociations locales », indiquait ce lundi un communiqué de ST Ericsson.

En Belgique, cette entreprise possède un site à Zaventem, en Brabant flamand. « Hier, la direction générale a confirmé l’intention de fermer l’implantation à Zaventem », indique le chef du personnel Roel Van der Poort.

Quelque 85 personnes sont touchées par la fermeture, dont 76 travaillent à temps plein avec un contrat fixe. Les syndicats et le conseil d’administration ont été mis au courant de la fermeture, ce lundi. Les consultations sociales devront encore avoir lieu.