"Le harcèlement sexuel toujours aussi fréquent"

Selon une étude de l’Université catholique de Louvain (KUL), le nombre de cas de harcèlement sexuel au travail n’a pas diminué en 25 ans. La chercheuse de la KUL, Elfi Baillien, souligne par ailleurs qu’il est très difficile d’estimer précisément le nombre de cas d’intimidation sexuelle.

Depuis quelques jours, des cas d’intimidation sexuelle impliquant des personnalités publiques flamandes ont refait surface dans les médias. La semaine dernière, le candidat N-VA aux communales de Bruges, Pol Van Den Driessche était mis en cause. A la suite de nombreux témoignages de longue date, il avait ainsi décidé de se retirer de la vie politique.

Cette semaine, c’est au tour de l’ancien journaliste et ex-présentateur radio et télé de la VRT, Jos Ghysen (photo) d’être accusé d’avoir sexuellement harcelé son ancienne collègue, Ireen Houben, et ce durant des années.

Ces cas d’intimidation sexuelle surgissant du passé peuvent laisser sous-entendre que ce genre de harcèlement avait davantage lieu il y a 25 ans. Une idée reçue que des chiffres de la KUL viennent démentir. Selon la chercheuse de la KUL, Elfi Baillien, il n’y avait pas plus ou moins de cas avant que maintenant.

"Nos chiffrent ne démontrent aucune évolution en faveur des employés concernés par ce genre de harcèlement ", a-t-elle indiqué lors de l’émission matinale "De Ochtend" sur Radio 1 (VRT).

"L’intimidation sexuelle est bien sûr très difficile à mesurer. Les chiffres constituent toujours une estimation. De nombreuses personnes n’osent pas signaler ce genre de choses. Mais d’après nos listes de questions soumises aux entreprises, on ne constate aucune augmentation ou diminution du nombre de cas", a-t-elle ajouté.

Un phénomène difficile à déterminer

"C’est un phénomène complexe. Le harcèlement sexuel demeure difficile à déterminer, surtout chez les autres. Ça commence par des blagues, des cochonneries. Mais ça s’aggrave au fur et à mesure. Il devient alors difficile de dire à partir de quel moment quelque chose n’est plus drôle, et devient excessif et indésirable", explique la chercheuse.

"L’intimidation sexuelle est par ailleurs souvent liée au pouvoir. Cela ne signifie pas spécialement qu’elle concerne la hiérarchie, mais bien des gens qui sont là depuis plus longtemps, ou qui connaissent beaucoup de monde sur le lieu de travail, ce qui implique qu’ils ont moins de chance de perdre leur emploi ", indique-t-elle encore.

"Le harcèlement sexuel a souvent lieu dans des endroits où il y a un déséquilibre entre le nombre d’hommes et de femmes, par exemple si quelques femmes arrivent parmi un bastion d’hommes, ou inversément", ajoute encore Elfi Baillien, soulignant qu’il existe des cas d’intimidation sexuelle subie par des hommes.