Dexia doit-elle être recapitalisée ?

Selon le député Jean-Marie Dedecker (LDD), le gouverneur de la Banque Nationale Luc Coene aurait affirmé mercredi à huis-clos, en commission de la Chambre, que l’entité résiduelle issue du démantèlement du groupe de bancassurance Dexia a besoin d’une augmentation de capital urgente. Dedecker estime que si l’Etat belge doit assumer un refinancement de Dexia, « la dette publique pourrait dérailler ».

Au cours d’un début politique et public organisé ce mercredi soir dans le centre culturel Vooruit à Gand (Flandre orientale), le député Jean-Marie Dedecker (LDD) a affirmé que le gouverneur de la Banque Nationale « Luc Coene est venu dire à la Chambre que Dexia nécessitait d’urgence une augmentation de capital ». Brisant ainsi le huis-clos, Dedecker s’est refusé à donner d’autres détails, alors que les autres intervenants ne souhaitaient pas confirmer l’information. Le député a néanmoins réitéré ses propos ce jeudi matin au micro de l’émission « De Ochtend », sur la première chaîne radio de la VRT.

Dedecker (photo) ajoutait qu’une recapitalisation de Dexia est logique. « Le Holding a enregistré l’an passé une perte de 16,4 milliards d’euros et son capital propre est retombé à 2 milliards d’euros ». Le député estime que sans refinancement, Dexia risque la faillite.

Une recapitalisation pose cependant un problème gigantesque. Les plus grands actionnaires de la banque résiduelle, à savoir Arco et le Holding Communal, ne veulent et ne peuvent actuellement accorder des fonds supplémentaires à Dexia. Tous les regards se tournent donc vers les pouvoirs publics belges et français. « Ce sont les seuls sur le marché qui peuvent apporter des garanties suffisantes pour un refinancement. Ils sont donc presque contraints de le faire. Mais si l’on sait que Dexia possède actuellement pour 100 milliards de placements non couverts, alors on sait que notre dette publique risque de dérailler », déclarait Dedecker.

Egalement invité à Gand au débat qui avait pour thème la chute du gouvernement Leterme, le président des libéraux flamands Alexander De Croo (Open VLD) a déclaré pour sa part que « si un refinancement de Dexia s’avérait nécessaire pour sauver la banque, alors cela se fera. De la même manière que les fois précédentes ».

Le ministre des Finances, Steven Vanackere, déclarait à l’agence de presse Belga que la banque résiduelle a accès aux « Long-term refinancing operations » de la Banque Centrale européenne. Cet instrument lancé en décembre 2011 par la BCE donne aux banques l’accès à des emprunts à 3 ans à un taux avantageux de 1%. Il a déjà contribué à rétablir le calme sur les marchés financiers et obligataires.