Accord sur le "programme de stabilité"

Les principaux ministres du gouvernement fédéral sont tombés d’accord hier sur un scénario de retour à l'équilibre des finances publiques en 2015, que le pays doit présenter d'ici lundi à la Commission européenne.

L'accord sur le "programme de stabilité" belge prévoit un déficit des finances publiques (Etat fédéral, sécurité sociale et pouvoirs régionaux et locaux) de 2,8% du Produit intérieur brut (PIB) en 2012, de 2,15% en 2013, de 1,1% en 2014. Il confirme également l'engagement pris par le gouvernement d'Elio Di Rupo de ramener les finances publiques à l'équilibre en 2015.

Pour remettre ses finances à flot, la Belgique avait déjà annoncé en janvier des économies de 13 milliards d'euros en 2012. La poursuite de l'effort au cours des trois prochaines années devrait se traduire par de nouvelles économies d'un montant total de 10 à 12 milliards.

Le gouvernement n'a pas confirmé ce montant vendredi mais devrait donner plus de détails après d'ultimes discussions prévues lundi entre les ministères des Finances et du budget avec les régions, juste à temps pour rendre sa copie à la Commission européenne.

Le déficit de 2,15% retenu pour 2013 est un peu moins strict que ce qu'avait proposé le Conseil supérieur des Finances, qui prônait un déficit de seulement 2,0% l'année prochaine. Selon le scénario approuvé vendredi, la dette publique belge passerait quant à elle de 99,9% du PIB en 2012 à 98,2% en 2013, 96,2% en 2014 et 93,0% en 2015.

"Ce qui est important, c'est que nous respectons nos engagements vis-à-vis de l'Europe et que nous nous tenons à ce qui était prévu dans l'accord de gouvernement tant en ce qui concerne l'objectif budgétaire que la réduction de la dette", a commenté le ministre du Budget, Olivier Chastel (photo).