Décès en hausse dans une séniorie touchée par des économies

Dans une lettre ouverte, 25 médecins dénoncent la situation dans la maison de repos Arcadia de la commune bruxelloise de Molenbeek-St-Jean, qui dépend du Centre public d’aide sociale (CPAS). Selon le personnel médical, les mesures d’économies imposées à la séniorie ont entraîné une augmentation du nombre de décès.

En janvier et février derniers, 17 pensionnaires de la maison de repos Arcadia à Molenbeek-St-Jean sont décédés. Pendant la même période en 2011, seules 5 personnes âgées s’étaient définitivement endormies. Selon 25 médecins qui travaillent dans cette maison de repos - et qui ont envoyé une lettre ouverte à la direction du Centre public d’aide sociale, au collège des échevins et au conseil du CPAS de Molenbeek, dont dépend Arcadia -, ce nombre accru de décès résulte directement des mesures d’économies imposées à la séniorie.

Fin 2011, le collège des échevins de Molenbeek avait décidé que les finances de la maison de repos devaient être assainies. Quarante lits devaient ainsi y être supprimés, alors que les 10 pensionnaires les plus autonomes seraient priés de quitter les lieux, pour ne garder que ceux qui avaient le plus besoin de soins.

Toute l’opération de déménagement aurait eu un effet négatif sur les pensionnaires, affirment les médecins, et surtout sur le moral des personnes âgées concernées. Celles-ci n’auraient pas été bien préparées au changement.

« Plusieurs séniors sont devenus confus, leur médication a dû être adaptée. Et surtout, il y a eu davantage de décès », précise Leen Vermeulen de l’organisation « Médecine pour le Peuple » (Geneeskunde voor het Volk). « Nous avons été choqués par le nombre important de décès, parce qu’il est trois fois plus élevé que la moyenne des autres années ». Les médecins qui signent la lettre ouverte dénoncent également le manque de personnel dans la maison de repos molenbeekoise. Seize employés ont été remerciés, et quatre autres ont donné leur démission.

"Les décès ne sont pas liés aux changements"

Tania Dekens, qui fait partie du conseil d’administration du CPAS de Molenbeek, nie l’existence d’un lien de cause à effet entre les changements introduits dans la maison Arcadia et le nombre important de décès. « Les deux choses n’ont rien à voir. Nous avons étudié le nombre de décès sur une plus longue période de temps, et il n’y a rien d’inquiétant ».

« De plus en plus de gens choisissent de rester aussi longtemps que possible dans leur propre maison ou appartement. C’est pourquoi l’âge moyen a augmenté dans les maisons de repos. Nous n’avons rien constaté d’anormal à Arcadia. En mars, une nouvelle inspection a été menée par la Commission communautaire commune, comme dans les autres maisons de repos, et elle n’a pas fait de grandes remarques ».

La ministre bruxelloise compétente en matière de Bien-être, Brigitte Grouwels (CD&V, photo), affirme que les mesures d’économies étaient nécessaires, mais promet une nouvelle concertation.

"Je pense que la séniorie était en train d’assainir correctement la situation. Il s’agit d’une très vieille maison avec des normes qui ne peuvent plus être acceptées à l’heure actuelle. L’inspection avait fait plusieurs remarques. On avait commencé en toute discrétion à apporter les changements nécessaires. D’ici peu, nous nous réunirons pour voir comment résoudre au mieux la situation », ajoutait Brigitte Grouwels.