"Les Flamands ne vivent pas dans la rue"

Le vice ministre-président flamand et ministre flamand de l’Intégration, Geert Bourgeois (N-VA), a suscité de vives critiques après la présentation de la brochure "Émigrer en Flandre". Celle-ci a été présentée hier à Casablanca et sera distribuée aux personnes qui envisagent de venir vivre en Flandre. De nombreuses phrases qui y figurent en choquent plus d’un, ici comme là-bas.

"Les Flamands ne vivent pas dans la rue. Ils vivent principalement dans leur maison", peut-on lire dans la brochure. "Faire mal à quelqu’un, même votre partenaire ou vos enfants, est interdit", ou encore "La vie en Flandre est chère. Dans la plupart des familles, les deux partenaires travaillent pour tout pouvoir payer", sont également des phrases qui y figurent. Celles-ci n’ont pas fait bonne figure auprès des habitants marocains, mais aussi chez les Marocains vivant en Flandre.

Le ministre Geert Bourgeois (photo) défend toutefois la campagne. "La brochure et le DVD sont informatifs. Je dois ajouter qu’ils sont destinés à un groupe cible. De très nombreuses personnes ne parlent en effet pas du tout le néerlandais, ont un niveau d’enseignement très bas, sont illettrées. La brochure ne s’adresse pas aux intellectuels munis d’un ou deux diplômes universitaires et qui s’informent eux-mêmes. Ce sont des informations de bases", indique-t-il.

Reste à savoir si les Flamands sont eux-mêmes de "bons citoyens". La brochure indique en effet que "Les enfants doivent arriver à l’heure à l’école", "Les gens ne vont pas visiter quelqu’un sans avoir pris de rendez-vous préalablement", ou encore "Les Flamands sont ponctuels : si tu dois faire quelque chose à 9h, tu le fais à 9h".

Toujours selon le prospectus, "Les Flamands mangent des légumes, des fruits, des pommes de terre, des pâtes et du riz". On y souligne par ailleurs que "La plupart des Flamands essaient de vivre sainement".

Et pour ceux qui se faisaient encore des illusions, le fascicule précise que le temps chez nous est instable, et qu’il pleut souvent. Fini donc le soleil marocain.