Contrôles frontaliers renforcés jusque fin 2012

La police locale des communes situées à la frontière avec les Pays-Bas recevra le soutien de la police fédérale jusque fin 2012 dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue. L’annonce de cette mesure a été faite par la ministre de l’Intérieur, Joëlle Milquet (CDH) lors d’une visite à Lanaken, et fait suite au changement de la législation sur le cannabis aux Pays-Bas.

Joëlle Milquet était présente dans la commune de Lanaken pour participer à une concertation avec les autorités locales à propos des effets de l'instauration par nos voisins du nord d'une carte cannabis accessibles aux seuls Néerlandais dans la région frontalière. Cette mesure fait craindre une recrudescence des trafics en Belgique.

Les représentants des autorités locales belges frontalières ont demandé à la ministre de poursuivre la mise en place des premières mesures de lutte contre le trafic illégal de drogues. Le gouverneur du Limbourg Herman Reynders ainsi que les chefs de corps et bourgmestres de Riemst, Lanaken, Fourons et Visé ont participé à la rencontre avec Mme Milquet.

Le bourgmestre de Lanaken (photo), Marino Keulen (Open Vld), a demandé d'intensifier l'appui aux zones de police concernées, de durcir la législation et d'améliorer encore les contacts entre les polices belge et néerlandaise.

Les bourgmestres des communes frontalières, les responsables de police ainsi que le procureur du Roi de Tongres ont affiché leur satisfaction à propos de la manière de travailler. "Nous ne constatons pas de véritable augmentation. Il y a plus de faits de drogues mais c'est lié à une intensification des contrôles. La collaboration avec la police fédérale se déroule à merveille et tout le monde est extrêmement motivé. J'espère qu'on pourra maintenir ce cap", a indiqué Vincent Loyens, commissaire de police à Lanaken.

La ministre de l'Intérieur a vérifié l'augmentation des mesures de contrôles. Il y a une intensification de la collaboration entre les services de la police belge et néerlandaise, avec notamment un échange continu des informations, une augmentation de la présence des polices néerlandaise et belge autour des villes comme Maastricht et le long des frontières, notamment au travers d'une hausse des "contrôles visibles", les communes voisines de Lanaken, Riemst, Voeren et Maasmechelen pourront collaborer avec le corps d'intervention du Limbourg, au travers d'un renfort qui s'élève à 20 inspecteurs qui peuvent être mis sur le terrain de manière flexible.

La ministre a également évoqué la mise en oeuvre d'un plan d'action opérationnel intégré, mis en place par la police locale et par la police fédérale, en concertation avec les bourgmestres concernés et les Procureurs du Roi des provinces du Limbourg, d'Anvers, de Flandre orientale et de Liège. Elle a également souligné l'augmentation des contrôles par la police des chemins de fer et de la route afin de renforcer la surveillance de certains trajets, la mise à disposition des chiens anti-drogue par la police fédérale.

Enfin, la lutte contre la production de cannabis et le phénomène des rabatteurs va recevoir une attention prioritaire, conformément au Plan national de sécurité 2012-2015. Une campagne de sensibilisation est en outre prévue par les autorités néerlandaises dans diverses communes, dans lesquelles un "flyer" est distribué, avec la description exacte du changement de législation.

Les plus consultés