"Il faut réduire la pression fiscale sur le travail"

Dès que le budget le permettra, il faudra réduire la pression fiscale sur le travail. C’est ce qu’a déclaré le ministre des Finances Steven Vanackere (CD&V) lors de l’émission matinale "De ochtend" sur les ondes de Radio 1 (VRT). Il réagissait ainsi à une recommandation émise par la Commission européenne.

Selon la Commission européenne, la Belgique doit rapidement basculer vers un système de taxation plus vert, en augmentant ses impôts sur la pollution et la consommation d’énergie, et en réduisant la pression fiscale sur le travail.

Cette position est partagée par le ministre des Finances, Steven Vanackere. Selon lui, une baisse de l’imposition sur le travail ne pourra toutefois intervenir avant la deuxième moitié de la législature au plus tôt. "Il faudra tout d’abord rééquilibrer le budget. On pourra alors voir comment combiner cela à une baisse de la taxation sur le travail".

Le ministre belge est par ailleurs partiellement d’accord avec la recommandation européenne préconisant une modification de la taxe de circulation. Selon un récent rapport d’Eurostat sur les tendances fiscales dans l’Union européenne, la Belgique est le pays où la fiscalité de l’énergie est la plus faible. Il en ressort par ailleurs que les taxes environnementales sont relativement faibles aussi dans notre pays.

"Nous avons par le passé opté pour des choix différents de ceux pris par le reste de l’Europe. Il n’y a par exemple pas d’accises sur le LPG. La fiscalité sur la circulation peut donc être rehaussée", souligne Steven Vanackere.

Le ministre des Finances désire continuer la politique actuellement menée. "La nouvelle fiscalité sur les voitures basée sur le taux d’émission de CO2 a par exemple été appliquée à la suite de recommandations européennes. Il nous faudra poursuivre cette route", indique-t-il, ajoutant que notre pays ne risquait toutefois pas d’être sanctionné d’une amende.