L’OCDE prône une réforme du système d’indexation

Le mécanisme de l'indexation automatique des salaires devrait être revu pour empêcher une nouvelle érosion de la compétitivité extérieure de la Belgique, estime dans un rapport publié mardi l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).Celle-ci prévoit par ailleurs un recul de 0,1% de l’activité économique de la zone euro.

Dans son nouveau rapport, l’OCDE note que l'inflation reste élevée dans notre pays, notamment en raison de l'augmentation des prix de l'énergie. Les partenaires sociaux s’étaient mis d’accord sur une hausse limitée des revenus, mais selon l’organisation, l’indexation automatique des salaires et la forte inflation ont fait augmenté les coûts salariaux, ce qui provoque une érosion du pouvoir de concurrence.

Certains partis politiques belges ont évoqué la possibilité de revoir le mécanisme de l'indexation en Belgique. Le vice-premier ministre CD&V Steven Vanackere a notamment évoqué la possibilité de réaliser un saut d'index. Le PS, parti du Premier ministre Elio Di Rupo, est pour sa part fermement opposé à une réforme du système d'indexation.

"La crise de l’euro est la plus grande menace pour l’économie mondiale"

L'économie de la zone euro devrait être "sans croissance" cette année et la crise qu'elle connaît "demeure la plus importante source de risques pour l'économie mondiale", a estimé mardi l'OCDE, qui se montre toutefois plus optimiste en ce qui concerne les Etats-Unis.

L'Organisation de coopération et de développement économiques prévoit un léger recul de 0,1% de l'activité économique de la zone euro, alors qu'elle espérait encore une timide progression de 0,2% en novembre, selon ses prévisions semestrielles publiées mardi. Elle maintient néanmoins sa prévision de croissance mondiale en 2012 à 3,4%.

"Après s'être quelque peu apaisée à la fin de l'année dernière, la crise dans la zone euro s'est aggravée récemment et demeure la plus importante source de risques pour l'économie mondiale", a déclaré l'économiste en chef de l'organisation, Pier Carlo Padoan dans un éditorial.

En 2013 la croissance reprendrait en zone euro avec un taux d'expansion de 0,9% et s'accélérerait dans le monde à 4,2%.