L’UE demande la clarté sur les bonus de Dehaene

Le président du Parlement européen Martin Schulz a entendu mardi à Strasbourg Jean-Luc Dehaene concernant ses bonus en tant qu'ancien administrateur d'AB Inbev, actifs qu'il n'a pas indiqués dans sa déclaration d'intérêts financiers.

Suite à cet entretien, M. Schulz a décidé de renvoyer l'affaire devant le Comité d'avis, un groupe de cinq eurodéputés chargé de veiller à la bonne interprétation du code de conduite des députés européens.

C'est la première fois que le président de l'institution strasbourgeoise renvoie un dossier pour clarification auprès du Comité d'avis. Ce dernier devrait livrer son analyse dans un délai de 30 jours, après une éventuelle audition de M. Dehaene.

Selon le président du Parlement européen, M. Dehaene s'est engagé au cours de leur rencontre à respecter les recommandations qui seront formulées par cet organe. Dans une réaction auprès de l'agence Belga, M. Dehaene a tenu à préciser que ce renvoi vers le Comité d'avis s'était fait "en concertation" avec M. Schulz.

"C'est la meilleure façon de déterminer l'interprétation du code de conduite et de construire une jurisprudence", a-t-il commenté.

Plusieurs ONG anti-lobbies ont réclamé la semaine dernière de l'ancien Premier ministre belge qu'il livre les détails du bonus évalué à 3 millions d'euros qu'il perçoit en tant qu'ancien administrateur du groupe brassicole AB Inbev.

Dans une lettre adressée au président du Parlement, celles-ci s'étonnaient que M. Dehaene n'ait pas mentionné ces émoluments dans sa déclaration d'intérêts financiers, conformément au code de conduite des eurodéputés.

Interrogé la semaine dernière par l'agence Belga, l'ancien Premier ministre avait assuré que "s'il devait apparaître qu'une adaptation ou un complément à la déclaration sont souhaitables, ceux-ci seront fournis".

M. Dehaene bénéficie, en tant qu'ancien administrateur d'AB Inbev, d'un paquet de stock-options (85.928), qu'il peut légalement exercer depuis la fin du mois d'avril. A la valeur actuelle de l'action, ces options valent quelque trois millions d'euros.