Polémique sur les contrôles de la STIB aux 20 km

La STIB, (la Société des transports intercommunaux de Bruxelles) a organisé dimanche des opérations de contrôle de titre de transport au départ et à la fin du parcours des 20 kilomètres de Bruxelles dans les stations de métro Montgomery et Mérode. Ces contrôles sont dénoncés par des participants qui pensaient pouvoir accéder au réseau gratuitement à l'occasion de cet événement.

Selon la porte-parole de la STIB, une centaine de personnes ont reçu des amendes dans ces deux stations.

L'opération a aussi été dénoncée par le député-bourgmestre d'Etterbeek Vincent De Wolf et par le Vice-président de la société, Ridouane Chahid. Ils ont estimé qu’il n’était pas acceptable que des contrôleurs de la STIB interceptent des participants blessés ou épuisés qui avaient interrompus le parcours et qui n’avaient pas  leur portefeuille sur eux.

La STIB renvoie la balle aux organisateurs

En fin d'après-midi une des porte-parole de la Société de transport a renvoyé la balle aux organisateurs des 20 km.

"Comme à l'occasion de chaque grand événement, nous renforçons la sécurité pour parer à tout problème qui pourrait survenir en raison d'une fréquentation plus élevée de notre réseau. Le but premier des contrôles effectués n'était pas financier".

Selon la porte-parole, contrairement à ce qu'ils faisaient lors des éditions précédentes et à ce que font les organisateurs de grands concerts, ou festivals, les organisateurs des 20 kilomètres n'ont pas souhaité payer la contribution qui leur est demandée pour compenser partiellement les frais de transport de leurs participants.
Toujours d'après la porte-parole, les organisateurs ont reçu deux courriers de la STIB à ce sujet sans y répondre. Mais ils n'ont pas averti non plus les participants qui ont donc été surpris de ne pouvoir accéder au réseau gratuitement.
A ses yeux, le bourgmestre de la commune d'Etterbeek Vincent De Wolf avait quant à lui la responsabilité de s'assurer que les organisateurs avaient pris en charge tous les paramètres liés à la bonne organisation de l'événement en ce compris la mobilité.

Grouwels condamne les propos de Chahid et défend la STIB

La ministre bruxelloise du Transport Brigitte Grouwels (CD&V) a soutenu dimanche soir la direction de la STIB mais condamné l'attitude de son Vice-président pour avoir "attaqué frontalement la société bruxelloise sans connaissance de cause".

Tout en faisant part de sa sympathie pour les "20 kilomètres de Bruxelles" et le travail de plusieurs années de ceux qui en ont la charge, elle a dit retenir le fait que les organisateurs n'avaient prévu aucune facilité en transport en commun pour les 27.500 participants sans les en avoir prévenus, ce qui a été à l'origine d'une grande confusion.

La ministre a demandé en conséquence à l'organisation de la course d'encore conclure malgré tout un accord avec la STIB, avec effet rétroactif sur ces facilités de transport.

Via un arrangement à l'amiable, les amendes qui ont été infligées dimanche pourraient tomber, a-t-elle précisé.
Par ailleurs, Brigitte Grouwels a "fermement condamné l'empressement systématique à se profiler, du Vice-président de la STIB (ndlr: Ridouane Chahid)... On peut attendre d'un Vice-président un sens de la responsabilité et un rôle d'ambassadeur à l'égard de l'organisation qu'il représente. Mais avec ses propos systématiquement dénigrants, cet homme essaie surtout de se profiler au préjudice de l'organisation qu'il est supposé représenter et promouvoir. La ministre Grouwels abordera son fonctionnement toujours plus problématique au sein du gouvernement", a affirmé dimanche soir son cabinet.