Verhofstadt pour une intervention en Syrie

Guy Verhofstadt, chef du groupe libéral au parlement européen est favorable à une intervention internationale en Syrie. Il s’est exprimé après le bain de sang de vendredi dans la ville de Houla, où plus de 100 personnes ont été tuées, dont des dizaines d’enfants.

Le Conseil de sécurité des Nations Unies estime que le régime du président syrien Bachar al-Assad est responsable de ce massacre dans cette ville du centre de la Syrie.

"C’est un nouveau crime intolérable contre l’humanité" a déclaré Guy Verhofstadt dans un communiqué.

"De quoi devons-nous encore être témoin pour nous rendre compte que le plan de paix de Kofi Annan ne fonctionne pas" se demande l'ancien Premier ministre belge.

Guy Verhofsatdt fait référence à l’offensive des troupes gouvernementales syriennes dans la ville de Hama.

"Après Homs et Houla, nous allons avoir un troisième Srebrenica en Syrie" ajoute-t-il.

"Si l'ONU n'intervient pas, c'est à l'OTAN de le faire"

Guy Verhofstadt estime qu’il est grand temps que la communauté internationale intervienne en Syrie.

"Je demande instamment à l’ONU d’intervenir en commençant par la création de deux zones de sécurité l’une dans le Nord et l’autre dans le Sud. Et si le Conseil de sécurité est à ce point irresponsable et décide de ne pas intervenir, c’est alors le devoir de l’OTAN de le faire" a ajouté le chef du groupe libéral au parlement européen.

Condamnation du Conseil de sécurité

Dimanche, le Conseil de sécurité de l'ONU a dénoncé dans une déclaration adoptée à l'unanimité à l'issue d'une réunion d'urgence à New York, "une série de bombardements par les tanks et l'artillerie gouvernementale contre un quartier résidentiel de Houla".
Le chef des observateurs de l'ONU en Syrie, le général norvégien Robert Mood, a indiqué au Conseil qu'au moins 108 personnes ont été tuées à Houla, dont 49 enfants et sept femmes, précisant selon des responsables onusiens que les victimes ont été notamment atteintes par des éclats d'obus ou exécutées "à bout portant".