De Lijn descend dans le rouge en 2011

La société régionale flamande de transport en commun a bouclé l’année dernière sur un déficit de 19 millions d’euros. Cette perte s’explique notamment par une augmentation du nombre d’abonnements sociaux. De Lijn veut néanmoins tenter de terminer l’année 2012 avec un budget en équilibre, en économisant sur son propre fonctionnement.

L’an dernier n’aura pas été celui d’un grand cru pour la société régionale flamande de transport public De Lijn. L’importante croissance du nombre de passagers enregistrée les années précédentes ne s’est en effet pas reproduite. Avec un total de 549 millions de voyageurs en 2011, on peut même parler d’un tassement (-0,4%) par rapport à 2010.

Sur le plan financier, le déficit de 19 millions d’euros s’explique notamment par une hausse importante du nombre d’abonnements sociaux. Un nombre croissant de passagers, qui payaient auparavant le prix plein pour prendre le tram ou le bus, bénéficient maintenant d’un abonnement annuel à 30 euros. Ceci a réduit de 3 millions d’euros, par rapport aux prévisions, les revenus du transport de voyageurs.

De Lijn veut néanmoins viser l’équilibre cette année. Pour ce faire, la société devra réaliser un effort d’environ 60 millions d’euros.

La société de transport public devra ainsi réduire son offre, diminuer ses coûts et rechercher des revenus supplémentaires, comme par exemple en menant des contrôles plus sévères contre les fraudeurs.