La Belgique prolonge sa participation à des missions de l’ONU

A l’occasion de la Journée internationale des casques bleus des Nations Unies, le ministre de la Défense Pieter De Crem (CD&V) a confirmé la prolongation de la participation belge aux opérations de maintien de la paix en RDC et au Liban.

Au cours d’un débat organisé conjointement par le ministère de la Défense et le bureau de l’ONU à Bruxelles, sur le thème « Les opérations de maintien de la paix des Nations Unies : perspective, situation actuelle et défis », le ministre de la Défense Pieter De Crem a déclaré que la Belgique continuera son engagement « au sein de la Mission de l’ONU pour la stabilisation en République démocratique du Congo (Monusco) » - quelques officiers d’état-major et un avion de transport C-130 Hercules - ainsi qu’au Liban, où une centaine de casques bleus belges font partie de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL).

Le mandat de ces deux missions onusiennes expire respectivement le 30 juin pour la Monusco et fin août prochain pour la FINUL. Mais il devrait, très vraisemblablement, être prolongé par le Conseil de sécurité. Le ministre De Crem a néanmoins réclamé de l’ONU qu’elle définisse mieux les perspectives de fin d’une mission.

« J’ai parfois l’impression que notre présence est vue comme un confort » qui évite aux responsables du pays concerné d’envisager une solution durable à la crise qui a conduit au déploiement d’une force internationale, déclarait Pieter De Crem (photo).

Un avis partagé par le directeur du Bureau de liaison des Nations Unies pour la paix et la sécurité à Bruxelles, Marco Bianchini. Ce dernier a admis que l’ONU n’avait pas toujours de « stratégie de sortie » d’un conflit.