Grève au site de Bekaert à Deerlijk

Les 110 employés du site de Flandre occidentale de l’entreprise spécialisée dans les fils d’acier ont interrompu spontanément le travail ce mercredi pour protester contre le double de licenciements par rapport à ce qui leur avait été annoncé par la direction de Bekaert.

En février dernier, la direction de Bekaert annonçait une restructuration, qui devait entraîner la suppression de 53 fonctions d’employés sur le site de Deerlijk et 8 sur celui de Zwevegem (Flandre occidentale). Sur ces 61 suppressions d’emplois, 10 devaient être des licenciements secs.

« Les employés ont arrêté le travail spontanément ce mercredi parce que la direction a annoncé de façon inattendue que 5 licenciements venaient s’ajouter aux 5 déjà évoqués », expliquait Karel Hoorelbeke du syndicat chrétien. « Ceci s’est passé sans concertation et en contradiction avec ce qui avait été conclu dans le plan social ».

« J’ai contacté le médiateur social, afin qu’un contact soit pris avec l’employeur, dans l’espoir de trouver une solution au problème », poursuivait Hoorelbeke. La concertation sociale organisée en vue de la restructuration annoncée en février a permis de faire passer le nombre de suppressions d’emplois de 609 à 324. La plupart des licenciements auront lieu dans l’usine d’Aalter (Flandre orientale). Les employés de ce site ont appris individuellement ce mardi s’ils pouvaient rester ou étaient remerciés.

Les plus consultés