L’éther responsable d’une interdiction de conduire à vie

Une femme qui, après un contrôle de police à la suite d’un accident de la route à Beernem (Flandre occidentale), avait avoué renifler de l’éther s’est vu retirer définitivement son permis de conduire. La conductrice avait un taux d’alcoolémie de 10 grammes dans le sang, sans avoir bu.

En avril dernier, la conductrice avait été impliquée dans un accident de la circulation à Beernem, en Flandre occidentale. Le test d’alcoolémie réalisé à cette occasion par la police avait indiqué un taux de 10 grammes d’alcool dans le sang. Or, la dose mortelle est de 4 à 5 grammes d’alcool dans le sang !

La femme affirmait cependant ne pas avoir bu et ne présentait d’ailleurs pas de signes d’ébriété. Elle finit néanmoins par avouer qu’elle avait reniflé de l’éther. Selon ses propres dires, elle aurait eu cette habitude depuis des années, pour tenter d’oublier ses problèmes.

L’éther n’est pas une substance interdite. Le juge de la police a donc uniquement condamné la conductrice parce qu’elle n’avait pas cédé la priorité au véhicule avec lequel elle est entrée en collision. Il lui a aussi retiré son permis de conduire, à vie. Pareil retrait définitif est possible lorsque le juge estime qu’une personne n’est pas capable physiquement ou mentalement de conduire un véhicule et d’évaluer les dangers réels.