Dix arrestations après des émeutes à Molenbeek

Une dizaine de personnes parmi lesquelles des mineurs d’âge et un leader du groupuscule extrémiste Sharia4Belgium, ont été arrêtées vendredi soir durant des émeutes à Molenbeek. Deux femmes vêtues du voile intégral (niqab) ont également été interpellées puis relaxées après un contrôle au commissariat. Toutes deux ont écopé de PV pour port de niqab.

Malgré l’interdiction de manifester décidée par le bourgmestre de Molenbeek Philippe Moureaux (PS) une centaine de personnes s’étaient regroupées vers 18h00 devant le commissariat de la rue du Facteur. Les manifestants s’étaient réunis pour dénoncer ce qu'ils considèrent comme des abus policiers lors du contrôle d'identité d'une femme vêtue d'un voile intégral jeudi soir à Molenbeek.

Par la suite, plusieurs groupes distincts se sont dirigés vers les rues adjacentes et le nombre de manifestants est alors monté à plus de 200. La police a bouclé les rues autour du commissariat et il s'en est suivi des échauffourées. La police a utilisé le canon a eau et a procédé à plusieurs arrestations.

Moureaux : "Ils ne seront pas maîtres de la rue"

Le bourgmestre de Molenbeek, Philippe Moureaux (photo) est arrivé, vendredi vers 18h30, sur les lieux de la manifestation de soutien à la jeune femme au niqab.

Le bourgmestre a été interpellé, sur un ton virulent, par une femme voilée qui lui a demandé de condamner "l'agression subie" par Stéphanie, citoyenne de Ganshoren interpellée jeudi soir par la police à Jette pour port du niqab.

Il lui a rétorqué qu'une enquête était en cours et qu'il attendait les résultats de celle-ci avant de se prononcer.

"On ne va pas se laisser impressionner par ces gens, ils ne seront pas les maîtres de la rue", a indiqué, sur place, le bourgmestre de Molenbeek à l'agence Belga, justifiant ainsi la mise en place d'un dispositif policier important.

"Les manifestants ne sont pas de Molenbeek mais ils viennent d'Anvers" a précisé Philippe Moureaux, faisant référence à Shariah4Belgium.

Deux versions des faits

L’organisatrice de la manifestation, Samira Maghfour (photo) interrogée par la VRT a donné une autre version des faits que celle de la police concernant les événements de jeudi.

Selon elle, la jeune femme interpellée jeudi aurait refusé d’enlever son voile mais aurait montré sa carte d’identité aux policiers.

Suite à cela elle aurait été maltraitée par les policiers au commissariat. Une policière aurait voulu découper son voile avec des ciseaux. En se débattant elle aurait alors donné un coup de tête à la policière qui a eu le nez cassé.

Selon Fouad Belkacem de l’organisation extrémiste Sharia4Belgiuum qui s’exprimait lors d’une conférence de presse à Zellik (Brabant Flamand) l'interdiction du port de niqab en Belgique est une discrimination contre les musulmans. "Les serviteurs du diable qui ont contrôlé notre sœur veulent faire la guerre aux musulmans mais jamais ils ne gagneront en Belgique. Ils ont fait les malins avec elle dans leur forteresse mais qu'ils essaient maintenant de faire les malins dans les rues de Molenbeek."

Dans la foulée, Fouad Belkacem a lancé un appel au gouvernement belge: "Si vous voulez atterrir en enfer comme tous les mécréants, c'est votre problème mais laissez-nous vivre comme nous le voulons."

"Nous n'avons pas un gramme de respect pour vous, mécréants, ni pour votre façon de vivre. Notre religion et notre mode de vie sont supérieurs aux vôtres": c'est sur ces mots que Fouad Belkacem a terminé sa harangue haineuse.

L'interdiction de rassemblement non prolongée

La commune de Molenbeek-Saint-Jean a connu une nuit calme, sans incident, a indiqué samedi le porte-parole de la police de la zone Bruxelles Ouest.

L'interdiction de rassemblement que le bourgmestre Philippe Moureaux a instauré vendredi et qui courait jusque samedi matin 08h00 n'a donc pas été prolongée.