Godiva étend ses activités en Chine

Le chocolatier belge né en 1926 à l’initiative de la famille Draps à Bruxelles, et déjà installé depuis 3 ans en Chine, va y doubler cette année encore le nombre de ses magasins. Le but est d’atteindre éventuellement jusqu’à une centaine d’enseignes d’ici 3 ou 4 ans. Les consommateurs chinois dépensent de plus en plus d’argent pour les pralines belges.

La maison Godiva compte actuellement quelque 450 magasins dans le monde entier. La petite entreprise familiale a vu le jour en 1926, dans la commune bruxelloise de Koekelberg, à l’initiative de Pierre Draps qui commença à fabriquer des pralines. En 1938, ses fils Joseph, François et Pierre junior reprirent l’atelier, qui avait déménagé à Molenbeek, et lancèrent en 1945 le nom « Godiva ».

Le deuxième magasin Godiva ouvrit ses portes dans la station balnéaire de Knokke, en 1946. L’Exposition universelle de 1958, à Bruxelles, permit ensuite aux frères chocolatiers de faire connaître leurs pralines dans le monde entier. Le premier magasin à l’étranger s’installa à Paris.

En 1972, un premier Godiva voyait le jour à New York, mais cette année-là les frères Draps revendaient leur chaîne de magasins à la multinationale américaine Campbell’s. En 2007, le Holding turc Yildiz rachetait Godiva aux Américains. La maison de pralines belges de luxe comptait au début de cette année quelque 450 magasins, et n’a pas fini d’étendre ses activités.

Installé depuis 3 ans déjà en Chine, le chocolatier Godiva y possède une quinzaine de magasins. Cette année encore, il veut doubler le nombre de ses enseignes et projette d’atteindre d’ici 3 ou 4 ans un total d’une centaine de magasins, annonçait ce lundi son CEO Jim Goldman. « La Chine représente actuellement moins de 5% de notre chiffre d’affaires, mais il s’agit du marché dont la croissance augmente le plus rapidement ».

L’an dernier, les consommateurs chinois ont dépensé 1,1 milliard de dollars pour du chocolat. Et ce marché devrait enregistrer une croissance annuelle de 11% d’ici 2014.