Mauvaise passe pour le patron de la PJ

Glenn Audenaert, le directeur de la police judiciaire fédérale, est soupçonné de violation du secret professionnel et de faux en écriture, a indiqué vendredi le parquet de Termonde. Il ajoute qu'une enquête pour corruption passive et blanchiment est toujours en cours.

Un procès-verbal d'une autre enquête daté du 8 juillet 2010 révèle que Glenn Audenaert a usé de sa fonction pour fournir des informations et des services à un suspect. Le parquet avait alors lancé une information judiciaire avec un volet financier.

"Les résultats de l'information judiciaire étaient de telle nature que le juge d'instruction a mandaté des mini-enquêtes pour certains faits", explique le porte-parole du parquet de Termonde, Antoon Schotsaert.

Le juge d'instruction De Briecker a repris l'affaire le 23 février 2012 et a poursuivi l'enquête judiciaire. Des perquisitions ont été menées dans ce cadre le 4 juin. "L'objet de l'enquête est actuellement: corruption (passive), violation du secret professionnel, blanchiment et faux en écriture", déclare Antoon Schotsaert.

Hier, Glenn Audenaert a été entendu durant onze heures à propos des faits et des preuves de l'information et de l'enquête judiciaires. Le patron de la police a aussi comparu devant le juge d'instruction mais n'a pas été arrêté. Il a été libéré dans la soirée sous "strictes conditions".

"Dans l'intérêt de l'enquête, nous ne pouvons pas communiquer plus aujourd'hui quant à la nature, la portée et la fréquence des faits constatés." Ni Glenn Audenaert, ni son avocat Joris De Smet n'étaient disponibles vendredi midi pour une réaction.