"Il faut punir chaque délit, si petit soit-il"

Le Premier ministre Elio Di Rupo (PS), et les ministres de la Justice Annemie Turtelboom (Open VLD) et de l’Intérieur Joëlle Milquet (CDH), ont rencontré vendredi après-midi les bourgmestres des 15 plus grandes villes du pays pour étudier avec eux les mesures à prendre pour améliorer la sécurité publique. Le nouveau plan de sécurité pourrait aussi prévoir de faire purger même les peines de moins de 3 ans d’emprisonnement.

« Le but de cette rencontre était d’entendre, d’écouter les bourgmestres car la sécurité relève à la fois du gouvernement fédéral mais aussi du niveau local », a indiqué le Premier ministre Elio Di Rupo vendredi, lors d’une brève rencontre avec la presse à l’issue de sa réunion avec les bourgmestres des quinze plus grandes villes de Belgique.

Pendant près de 3 heures, le Premier ministre et les ministres de la Justice et de l’Intérieur, Annemie Turtelboom et Joëlle Milquet, ainsi que le ministre-président de la Région bruxelloise Charles Picqué ont évoqué avec les bourgmestres les améliorations possibles sur le terrain de la sécurité, tant dans le domaine du recrutement d’agents de police et de magistrats que dans celui du financement des zones de police ou de l’effectivité des peines prononcées.

Une note-cadre devrait être présentée d’ici peu par le gouvernement fédéral et porter notamment sur les effectifs policiers, leur formation et le financement, a indiqué Elio Di Rupo. Le Premier ministre et les bourgmestres ont convenu de se revoir tous les 6 mois, ou plus rapidement si nécessaire, pour faire le point sur l’évolution du dossier. Leur rencontre faisait notamment suite à une série de troubles à Bruxelles.

La question de l’effectivité des peines de prison prononcées en Belgique est également revenue sur le tapis ce vendredi. « Il faut en finir avec l’impunité. La non-exécution des peines de moins de 3 ans est tout à fait inacceptable », a estimé le bourgmestre de Malines, Bart Somers (Open VLD).

Dans une interview accordée au journal Métro, le Premier ministre avait exprimé la même idée, affirmant qu’il faut mettre fin au sentiment d’impunité. « Comment ? En punissant chaque délit ». Elio Di Rupo plaide en faveur d’une utilisation élargie de peines alternatives pour désengorger les prisons.