Aviapartner fusionne avec son concurrent français

La société belge de manutention aéroportuaire, active notamment à Brussels Airport, formera avec la société française WFS le premier acteur en Europe et le deuxième à l’échelle mondiale dans le domaine de la manutention. L’opération ne devrait pas entraîner de licenciements.

La société belge Aviapartner est actuellement surtout active sur le trafic passagers et présente dans 26 aéroports de cinq pays européens, dont notamment à Brussels Airport. Son concurrent français WFS est l’un des principaux acteurs de la manutention cargo à l’échelle mondiale et plutôt orienté vers le fret. Il est présent dans 100 aéroports à travers le monde et représente un chiffre d’affaires annuel de 600 millions d’euros.

« Les profits des deux groupes sont complémentaires », affirment les nouveaux partenaires. Aviapartner est en effet en position de force en Italie et en Allemagne, tandis que WFS possède ses points forts en Espagne et au Royaume-Uni. La fusion se fera via un échange d’actions. Ce qui veut dire que les actionnaires actuels deviendront propriétaires du groupe WFS & Aviapartner.

Au terme de l’opération de fusion, les propriétaires actuels d’Aviapartner - à savoir le fonds d’investissement britannique 3i et l’administrateur-délégué Laurent Levaux - possèderont 40% des actions du nouveau groupe. Les 60% restants iront au fonds d’investissement français LBO France.

Le nouveau groupe deviendra numéro 1 dans son domaine au niveau européen et numéro 2 à l’échelle mondiale, avec un chiffre d’affaires annuel cumulé d’un milliard d’euros. Il devrait employer 17.000 personnes, et la fusion ne devrait pas entraîner de licenciements. « Compte tenu de sa position dominante sur le marché européen, la nouvelle entité se profile idéalement pour les 25 demandes d’offre qui vont être lancées en 2013 pour différents aéroports européens », expliquent les nouveaux partenaires.

Les syndicats au sein d’Aviapartner ont réagi de façon positive à la fusion des deux concurrents et la promesse d’absence de licenciements.