Des Français appréhendés dans le quartier chaud de Gand

De nombreux touristes sexuels originaires du nord de la France ont été interpellés dans la nuit de samedi à dimanche, lors d’une vaste opération de contrôle dans le quartier chaud de Gand. Sans papiers d'identité, ils ont cependant pu être identifiés par les forces de l'ordre gantoises.

Ces "touristes" français  qui n’étaient pas en possession de documents d’identité ont pu être identifiés grâce à la collaboration entre la police de Gand et celle de Tournai qui possède une liaison radio directe avec la police française et sa base de données.

Des contrôles intensifs sont menés depuis un certain temps à Gand dans le quartier livré à la prostitution mais l’action "Tornado" qui a mobilisé 72 policiers était l’une des plus importantes.

"Cette augmentation des contrôles est une réponse aux plaintes de riverains contre l’augmentation des nuisances" a déclaré le porte-parole de la police Manuel Mùgica-Gonzalez.

Ce quartier de Gand est devenu le lieu de prédilection de jeunes originaire du nord de la France. Après minuit, ils sont plus de 200 à y  débarquer. Parfois ils utilisent leur GPS mais souvent ils connaissent le quartier de réputation grâce au bouche à oreille".

37 arrestations administratives

37 de ces jeunes ont fait l’objet d’une arrestation administrative pour ivresse sur la voie publique ou parce qu’ils ne possédaient pas de documents d’identité.

"Nous avons bénéficié pour la première fois de la collaboration du Centre de coopération policière de Tournai qui peut établir une liaison radio directe avec la police française et accéder à leur banque de données. Nous sommes parvenu à donner un signal fort à ces jeunes comme quoi les nuisances ne sont pas tolérables et qu’il ne sert à rien de se balader sans papier d’identité".

Plusieurs arrestations ont été effectuées, y compris un Français qui était recherché, plusieurs armes interdites ont été saisies. Une trentaine de procès-verbaux ont été dressés pour infractions au code de la route, possession de drogue et d’autres infractions comme ivresse sur la voie publique.

Les contrevenants ont dû s’acquitter de perceptions immédiates,  des amendes communales ont également été dressées.