Les Belges pas gâtés à Wimbledon

Le tirage au sort n'a pas été favorable aux sept joueurs et joueuses belges engagés en simple à Wimbledon. David Goffin, Olivier Rochus, Kim Clijsters et Yanina Wickmayer joueront contre une tête de série. A part Steve Darcis, tous les autres Belges alignés au tournoi sur gazon qui débute ce lundi auront la tâche difficile.

Bénéficiaire d'une wild card, le nouveau numéro un belge David Goffin (ATP 66) sera opposé au jeune talent australien Bernard Tomic( 27e mondial). Tomic était la révélation du tournoi de Wimbledon en 2011: il avait atteint les quarts de finale.

Olivier Rochus, 68e mondial, retrouvera l'Espagnol Nicolas Almagro, 11e mondial et tête de série N.12.

Xavier Malisse (ATP 95) sera opposé à l'Australien Marinko Matosevic, 82e à l'ATP.

Steve Darcis (photo - ATP 72) devra en découdre avec le Français Guillaume Ruffin (ATP 168) sur le gazon londonien.

Enfin, issu des qualifications, Ruben Bemelmans (ATP 130) rencontrera l'Argentin Carlos Berlocq, 37e mondial.

Chez les dames, Yanina Wickmayer (photo - WTA 35) sera opposée à Svetlana Kuznetsova (WTA 34/N.32), qui avait atteint la finale à Londres en 2005.

Kim Clijsters (WTA 53) affrontera pour sa part Jelena Jankovic (20e joueuse mondiale).

Les cinq Belges en lice ce lundi

Kim Clijsters (c/Jelena Jankovic), Steve Darcis (c/Guillaume Rufin), Ruben Bemelmans (c/Carlos Berlocq), Xavier Malisse (c/o Marinko Matosevic) et Olivier Rochus (c/Nicolas Almagro).

Clijsters : "Ce sera un match difficile"

La rencontre entre la Limbourgeoise, 47e mondiale, et la Serbe, 21e au classement WTA, a été programmée en 3e match sur le court N.1, en fin d'après-midi donc.

"Ce sera un match très difficile", a commenté Kim Clijsters qui s'est entraînée une bonne heure samedi après-midi sans connaître de problèmes, même si l'ex-numéro 1 mondiale n'a pas servi ni smashé. "Dans le passé, nos duels ont toujours été serrés. Quand tu n'es pas tête de série, il y a toujours le risque de tomber sur un tirage difficile. A Rosmalen, j'ai ressenti une douleur aux abdominaux et je n'ai voulu prendre vraiment aucun risque. Car c'est au même endroit que l'an dernier à Toronto, où là c'était plus grave avec une déchirure."

Pour Kim Clijsters, les pépins physiques ont émaillé sa fin de carrière dont elle a programmé la clôture pour l'US Open, après les Jeux Olympiques de Londres sur ce même gazon de Wimbledon.

"Mon jeu m'impose une grosse présence physique", reconnaît Kim Clijsters, 29 ans. "Mais je ne vais pas tout d'un coup changer mon style pour soulager mon corps. Mon positionnement sur le court et ma puissance m'ont menée là où je suis. Au sommet du tennis mondial. Et rien de plus normal que de constater que je n'ai plus vingt ans".

Demi-finaliste à deux reprises à Wimbledon, Kim Clijsters ne jouera pourtant ces Internationaux de Grande-Bretagne que pour la 2e fois sur les 6 dernières éditions.