"Le Rwanda veut aider le Congo contre les rebelles"

A Bujumbura - où il se trouvait lundi à l’occasion des célébrations du 50e anniversaire de l’indépendance du Burundi -, le ministre belge des Affaires Etrangères, Didier Reynders (MR), a appelé Kinshasa et Kigali à un dialogue accru pour résoudre les problèmes de violences récurrents dans l’est de la République démocratique du Congo. Le plus récent épisode en est la mutinerie de membres de l’armée congolaise, soutenue par le Rwanda selon les rapports de l’ONU. Le Premier ministre rwandais Habumuremyi a affirmé au ministre Reynders vouloir aider le Congo à lutter contre les rebelles (photo principale) à l’est de la RDC.

Le ministre des Affaires Etrangères Didier Reynders assistait ce lundi à Bujumbura - en compagnie du ministre de la Coopération au développement Paul Magnette, mais aussi du prince Philippe et de la princesse Mathilde - aux commémorations du 50e anniversaire de l’indépendance du Burundi. Ce pays d’Afrique centrale a été administré pendant près de 40 ans par la Belgique.

La Délégation a rencontré des Belges qui vivent au Burundi - notamment des agents au développement -, ainsi que plusieurs centaines de Burundais. Ils se sont entretenus des bonnes relations entre la Belgique et le Burundi, mais aussi des droits de l’Homme et de la corruption. Le Burundi reçoit de la Belgique une aide au développement annuelle de plus de 50 millions d’euros.

Didier Reynders estime que la Belgique doit jouer un rôle-clef comme médiateur dans le conflit à l’est du Congo, en effectuant notamment de la diplomatie de navette entre la RDC et le Rwanda. Ces derniers mois, des centaines de milliers de citoyens ont pris la fuite devant des soldats mutants à l’est du Congo.

Le président congolais Joseph Kabila (photo, à dr.) affirme que le Rwanda soutient la mutinerie. Une thèse que confirme des rapports récents de l’ONU. Le ministre Reynders (photo, à g.) a donc renouvelé lundi son appel au dialogue accru entre Kinshasa et Kigali. « Je souhaite que le président congolais Kabila et le président rwandais Kagame se parlent encore plus à l’avenir », a déclaré le chef de la diplomatie belge à l’issue d’un entretien avec Joseph Kabila à Bujumbura, en marge des célébrations pour le cinquantenaire de l’indépendance burundaise.

« Si le Rwanda dit ne pas être une partie du problème, il lui appartient maintenant d'être une partie de la solution, de faire en sorte que l'on mettre fin sur le terrain à la rébellion et puis travailler à l'avenir", a ajouté Didier Reynders.

Diplomatie de navette réussie

Le ministre des Affaires Etrangères s’est ensuite entretenu avec le Premier ministre rwandais, Pierre Habumuremyi, qui se trouvait aussi à Bujumbura pour discuter du conflit. La diplomatie de navette de Didier Reynders semble avoir fonctionné puisque le Rwanda s’est déclaré prêt à aider le Congo pour étouffer la rébellion.

« Ce sera une action militaire, peut-être d’abord aux frontières, pas dans le Congo-même. Pour arrêter la violence à l’est de la RDC ».

Didier Reynders s’est aussi entretenu avec le ministre rwandais de la Défense, James Kabarebe, qui a affirmé au ministre belge qu’il ne soutenait pas les rebelles à l’est du Congo.