La mère d’une harceleuse appelle à la clémence

La mère de l’adolescente de 15 ans que l’on avait pu voir - via une vidéo (photo principale) placée la semaine dernière sur Facebook par la mère de la victime - violemment maltraiter à la gare de Roulers une fillette de 13 ans de son école a écrit une lettre ouverte. Elle y affirme que le comportement de sa fille est inadmissible, mais demande que l’on cesse d’envoyer à l’adolescente des messages de haine et des menaces de mort. La famille de la harceleuse envisage de porter plainte.

La vidéo en question, filmée par une autre adolescente de l’école de Tielt alors que son amie surtout faisait subir des violences à une fillette de 13 ans du même établissement scolaire, avait d’abord été placée sur YouTube par les adolescents coupables, puis rapidement enlevée. La mère de la victime était cependant parvenue à intercepter la vidéo et l’avait placée sur Facebook, pour dénoncer le harcèlement moral et physique dont est victime sa fille et soutenir l’enfant de 13 ans.

Entretemps, l’adolescente qui s’est surtout rendue coupable de harcèlement et celle qui a filmé les faits ont été renvoyées de l’école qu’elles fréquentaient et la harceleuse s’est excusée auprès de sa victime.

Dans la lettre ouverte qu’elle vient de rédiger, la mère de l’adolescente coupable réitère les excuses auprès de l’enfant harcelée et de sa famille, et affirme que le comportement de sa fille est inexcusable. Elle demande cependant également de mettre fin à la campagne de menaces et d’insultes dont est victime sa fille depuis la publication de la vidéo sur Facebook.

« Il s’agit de menaces très sérieuses, de menaces de mort très spécifiques, de menaces de bouter le feu à l’habitation familiale, de menaces de sévices physiques envers l’adolescente », explique Filip De Reuse, l’avocat de la famille. « Ce ne sont pas des menaces prononcées à la légère. Si la situation perdure, nous ne pourrons faire autrement que d’entamer une procédure en justice. Ma cliente portera alors plainte à la police, éventuellement contre x, pour menaces ».

La parquet de Courtrai a ouvert une enquête sur l’affaire, pour connaître plus précisément les agissements de toutes les personnes impliquées.