1 musulman sur 5 "évite les homosexuels"

Si l’on en croit une étude menée par le sociologue Marc Hooghe, professeur à l’Université Catholique de Louvain (Brabant flamand), l’homophobie régresse nettement en Belgique depuis quelques années, excepté chez les jeunes hommes de confession musulmane. L’information est rapportée par les journaux flamands du groupe Concentra.

Le professeur de sociologie de l’Université Catholique de Louvain, en Brabant flamand, a étudié l’évolution de l’homophobie auprès de 2.815 jeunes Belges âgés de 18 à 21 ans, entre 2008 et 2011. Marc Hooghe a ainsi classé l’homophobie des jeunes interrogés sur une échelle (de Wright) allant de zéro (pas du tout homophobe) à 3 (très homophobe). Il a donné des points sur base d’une série d’affirmations auxquelles les participants devaient répondre.

A l’affirmation « J’évite le contact avec les homosexuels », quelque 21,8% des musulmans interrogés ont répondu « oui », alors qu’en 2008 quelque 20% de jeunes de confession musulmane avaient répondu par l’affirmative à cette question.

Parmi les jeunes interrogés, les musulmans sont sept fois plus nombreux que les laïques et quatre fois plus nombreux que les catholiques à reconnaître qu’ils évitent le contact avec les homosexuels.

A l’affirmation « J’estime qu’on ne peut pas faire confiance à un homosexuel », 11,7% des musulmans interrogés ont répondu « oui » (contre 8,7% en 2008), soit quatre fois plus que les laïques et cinq fois plus que les catholiques.

Selon le professeur Hooghe, les personnes de confession musulmane, et principalement les jeunes garçons, seraient plus homophobes que les autres groupes de population. « Les campagnes contre l’homophobie et la violence homophobe devraient donc avant tout s’adresser aux jeunes musulmans. Mais il est surtout important que les impulsions et les campagnes émanent de la communauté musulmane-même », estime Marc Hooghe.