Nombreux dégâts suite aux intempéries

La zone orageuse qui a traversé le pays hier en fin de journée a provoqué d’importants dégâts par endroits. Plusieurs régions de Flandre occidentale et orientale ont ainsi été victimes d’inondations. Le Pajottenland a également été touché.

Les intempéries, venues de la frontière française, n'ont pas épargné les provinces de Flandre occidentale et de Flandre orientale.

Dans la région d'Ypres, les pompiers ont reçu des dizaines d'appels dès la fin de l'après-midi. Les appels concernaient surtout des caves inondées. Au total, une centaine d'appel ont été enregistrés.

Les fortes pluies ont également provoqué des situations dangereuses sur les routes, notamment de l'aquaplaning sur l'E17.

En Flandre orientale, le plan catastrophe communal a été déclenché jeudi soir dans la commune de Zingem. Idem dans la commune de Sint-Gillis-Waas, où une habitation, envahie par les eaux, a dû être évacuée.

Les pompiers de Ninove ont reçu quelque 120 appels, entre autres pour des caves et rues inondées et des ruisseaux sortis de leurs lits. Dans l'entité de Denderwindeke, une rangée d'habitations était même menacée par les eaux, ont indiqué les pompiers locaux.

C'est essentiellement la moitié sud de la province qui a le plus souffert des fortes pluies. Les corps de pompiers de Deinze et Kruishoutem ont reçu des dizaines d'appels. A Deinze, un restaurant a été touché par les inondations et la place de la gare est sous eaux également.

Les pompiers des environs de Gand ont aussi été sollicités, notamment à Gentbrugge, Merelbeke et De Pinte.

Plusieurs cas d'inondations étaient également rapportés dans le Pajottenland (ouest et sud-ouest de Bruxelles) après le passage de la zone orageuse. Les interventions ont surtout été menées sur le territoire de la commune de Gammerages (Galmaarden) et Hérinnes (Herne). Les pompiers ont reçu une trentaine d'appels pour des caves et des rues inondées.

La circulation des trains a été légèrement perturbée dans les environs, les trains entre Hal et Enghien étant limités à 20 km/h, selon le gestionnaire du réseau ferroviaire, Infrabel.