Les cabillauds apprécient les parcs à éoliennes

Selon un scientifique de l’université de Gand, les parcs à éoliennes du Thorntonbank situés en mer du Nord à 28 km des côtes belges ont un impact positif sur la reconstitution des cabillauds. Le nombre de cabillauds est en nette diminution ces dernières années en mer du Nord.

L’université de Gand étudie depuis 2008 quel est l’impact des parcs à éoliennes offshore sur les quantités de poissons.

Les scientifiques ont remarqué que les fondations des éoliennes offrent un nouvel habitat à certains organismes vivants, comme les coquillages, les éponges, les moules et les crabes qui constituent une source de nourriture pour les poissons.

Ce sont surtout les cabillauds mais aussi les rougets, les plies et les soles limandes qui bénéficient de cet apport de nourriture.

C’est donc une bonne nouvelle pour les stocks de cabillauds, un espèce en forte diminution ces dernières années et ce malgré les mesures européennes pour limiter la surpêche.