"Le salafisme est la plus grande menace pour la Belgique"

L’administrateur-général de la Sûreté de l’Etat, Alain Winants (photo principale), met en garde contre un manque de personnel dans son service. Il affirme avoir besoin de 100 collaborateurs supplémentaires. Ces derniers seraient avant tout nécessaires pour surveiller l’évolution de l’extrémisme islamiste. Winants estime que le salafisme - un courant radical d’extrémisme musulman - constitue une menace pour la société belge, et il craint une augmentation des tensions avec l’extrême-droite.

Interviewé par le quotidien flamand De Morgen sur les dangers que pourrait constituer l’extrémisme musulman, l’administrateur-général de la Sûreté de l’Etat Alain Winants affirme qu’il ne s’agit pas seulement de menaces d’attentats.

« A long terme, c’est surtout le salafisme politique qui est un poison insidieux. Il peut en effet mener à une polarisation dans notre société, en raison d’un mouvement opposé venant de l’extrême-droite. Et cette tendance est nettement plus déstabilisante pour notre pays, parce que les musulmans extrémistes pourraient alors s’opposer à l’extrême-droite, et le danger est grand que l’extrême-gauche s’en mêle également », déclarait ce vendredi Alain Winants à la VRT.

Selon la Sûreté de l’Etat, la lutte contre le salafisme est malaisée parce que le service ne peut pas utiliser des méthodes particulières comme l’écoute téléphonique ou les perquisitions. Alain Winants réclame également du personnel supplémentaire pour son service. Selon lui, la Sûreté de l’Etat aurait besoin « de 95 à 100 personnes » supplémentaires.